in ,

Pourquoi vous avez autant de mal à abandonner le coton-tige

Crédits : iStock

De nombreuses personnes ne peuvent s’empêcher d’introduire régulièrement un coton-tige dans leurs oreilles malgré les recommandations médicales. Les raisons de cette sorte de dépendance sont très étonnantes !

Le coton-toge est un objet néfaste comme l’indiquent les médecins ORL. Il existe des risques d’infection, de blocage du canal auditif ainsi que de perte d’audition. D’ailleurs, le coton-tige en plastique sera interdit en France dès le 1er janvier 2020, mais vous ne vous êtes toujours pas faits à l’idée d’arrêter son utilisation ? Voici pourquoi.

Les personnes utilisant le coton-tige sont très nombreuses malgré tout ce qui se dit à son sujet (demandez autour de vous). La journaliste Daphnée Leportois évoque son enquête dans un article publié dans Slate menée auprès de ses amis Facebook sur l’utilisation de ce produit jugé néfaste. L’intéressée indique avoir soumis un sondage à ses contacts et si un nombre réduit de dix-huit personnes avaient répondu, seulement trois ne se servaient plus du coton-tige.

Un des contacts de la journaliste indique qu’il s’agit d’un réflexe chaque matin dans la salle de bain à la vue du paquet de cotons-tiges. Il y a une question d’habitude, de dégoût vis-à-vis du cérumen ainsi que la satisfaction d’une sensation relaxante. En effet, tout en faisant attention de ne pas aller trop loin, se récurer l’oreille fait du bien, pas vrai ? Il faut savoir que ce petit plaisir est exploité dans certains pays comme au Japon où existent les « mimikaki », un type de salons où il est possible de se faire nettoyer les oreilles par de jolies jeunes femmes.

Crédits : Pixabay

La psychologie autour du plaisir engendré par ce geste en apparence anodin est surprenante. Il s’agirait d’un plaisir nostalgique, nous rappelant notre tendre enfance où l’un de nos parents nous nettoyait le conduit auditif. Cependant, il faut savoir que cela va plus loin puisque selon Jean-Philippe Guyot, chef du service d’ORL et de chirurgie cervico-faciale de l’Hôpital universitaire de Genève (Suisse), l’oreille est une zone très innervée et donc très sensible.

L’oreille est également une zone potentiellement érogène puisque s’y trouvent certains nerfs crâniens tels que le nerf trijumeau. La présence du nerf vague ou (nerf pneumogastrique) joue quant à lui un rôle sur le stress, mais aussi l’orgasme puisqu’on le retrouve également dans le système digestif, les poumons ainsi qu’au niveau du périnée comme le rappelle Yunsan Meas, praticien hospitalier au Centre d’évaluation et de traitement de la douleur du CHU de Nantes.

En somme, vous l’aurez compris, la portée de l’utilisation du coton-tige va bien au-delà de la mauvaise habitude et concerne autant la psychologie que la physiologie avec à la clé, satisfaction et bien-être. Allez, un petit effort bon sang, puisqu’on vous dit que c’est mauvais !

Sources : SlateOuest France