in

2016 HO3, le quasi satellite qui nous accompagne autour du Soleil

2016 HO3 se trouve ici dans le coin en haut à gauche. Les autres "taches" ne sont autres que des galaxies. Crédits : LBTO

Lors de la 49e réunion annuelle de la Division des sciences planétaires qui se déroulait à Provo (Utah), une équipe d’astronomes dirigée par Vishnu Reddy, de l’Université d’Arizona, a confirmé la véritable nature de l’un de nos compagnons les plus fidèles dans notre voyage autour du soleil.

La Lune n’est plus notre seule compagne. La NASA soupçonnait en effet il y a quelques semaines la présence d’un objet en orbite autour de la Terre. S’agit-il d’un lanceur de fusée complètement carbonisé ? Non, et c’est aujourd’hui confirmé : il s’agit bien d’un petit astéroïde. 2016 HO3 est ce qu’on appelle un « quasi satellite », car il est trop distant pour être mis au même rang que la Lune. L’astéroïde est néanmoins en orbite stable et devrait encore nous accompagner pour quelques siècles.

« Un autre astéroïde, 2003 YN107, avait suivi un modèle orbital similaire pendant un certain temps il y a plus de dix ans, mais il a depuis quitté notre voisinage. Ce nouvel astéroïde est bien mieux verrouillé sur nous et nos calculs indiquent qu’il continuera à suivre ce modèle de compagnon de la Terre pendant plusieurs siècles à venir », indiquait il y a quelques semaines Paul Chodas, directeur du Centre pour l’étude des objets géocroiseurs (Near Earth Object) de la NASA. 2016 HO3 est un petit objet ne mesurant pas plus de cent mètres de diamètre. Seuls cinq quasi satellites ont été découverts jusqu’à présent, mais 2016 HO3 est le plus stable d’entre eux. La provenance de cet objet est encore inconnue. Les dernières observations, partagées lors de la 49e réunion annuelle de la Division des sciences planétaires qui se déroulait à Provo (Utah), suggèrent par ailleurs que « l’objet tourne sur lui-même toutes les 28 minutes et est composé de matériaux similaires aux astéroïdes ».

L’astéroïde 2016 HO3 a été observé pour la première fois le 27 avril 2016 par le télescope de l’université d’Hawaï qui fait partie du réseau Pan-STARRS (Panoramic Survey Telescope And Rapid Response System ou « Télescope de relevé panoramique et système de réponse rapide ») dont la mission est de détecter des objets géocroiseurs qui menacent d’entrer en collision avec la Terre. Dans sa course, notez que 2016 HO3 passe environ la moitié de son temps plus près du Soleil que la Terre en suivant une orbite légèrement inclinée. Il se déplace ainsi vers le haut puis vers le bas une fois par an, traversant au passage le plan orbital de la Terre (imaginez un danseur de hula hoop).

Source