in

Des traces fossiles vieilles d’un demi-milliard d’années découvertes

Crédits : Université de Manchester

Une équipe de paléontologues rapporte la découverte de traces fossiles vieilles d’environ 500 millions d’années au Brésil : des mini terriers creusés par des vers pas plus larges qu’un cheveu humain. Selon les chercheurs, ces petits animaux auraient été les tout premiers à pouvoir onduler pour pouvoir se frayer un chemin à travers les sédiments. De quoi nous permettre de mieux « comprendre » la vie telle qu’elle était il y a un demi-milliard d’années.

Une équipe de chercheurs menée par le paléontologue Russell Garwoodde de l’Université de Manchester annonce la découverte d’un ensemble de traces fossiles laissées par certains des premiers organismes capables de se mouvoir il y a environ 500 millions d’années. L’étude vient d’être publiée dans la revue Nature Ecology & Evolution. Il n’y a aucun reste physique ici, mais des traces et des mini terriers découverts dans des sédiments dans la région de Corumbá, à l’ouest du Brésil, près de la frontière bolivienne. Les terriers mesurent ici moins de 50 à 600 micromètres ou microns (μm) de diamètre, ce qui signifie que les créatures concernées ne dépassaient pas la taille d’un cheveu humain. Pour mettre cela en perspective, un micromètre ne représente qu’un millième de millimètre.

Microtomographie aux rayons X des traces laissées il y a environ 550 millions d’années. Crédits : Université de Manchester

« C’est une découverte particulièrement intéressante en raison de l’âge des roches », explique Russell Garwood. « Nous sommes ici en présence de traces laissées par quelques-uns des plus anciens d’animaux complexes connus ». Ces traces nouvellement découvertes remontent à une période géologique et évolutive connue sous le nom de transition Édiacarien-Cambrienne. L’Ediacarien, qui s’étale sur 94 millions d’années à partir de la fin de la Période Cryogénienne il y a 635 millions d’années, est passée à la période Cambrienne il y a environ 541 millions d’années. Pour mettre cela dans le contexte, les dinosaures vivaient sur Terre il y a entre 230 et 65 millions d’années durant l’ère mésozoïque.

Cette « transition » donc (Édiacarien-Cambrien) est considérée comme une période extrêmement déterminante pour le vivant. Seulement, les enregistrements fossiles sont rares. D’où l’importance de la découverte. L’équipe suggère ici que ces terriers ont été créés par des organismes semblables à des nématodes (ou vers ronds) qui utilisaient une locomotion ondulée pour se déplacer dans les sédiments, laissant ces traces fossiles derrière eux. Pour trouver de tels fossiles, les chercheurs ont fait appel à la microtomographie aux rayons X, une technique de tomographie non-destructrice utilisée pour retranscrire une image en trois dimensions d’un échantillon.

Source