in

À quoi nous sert le cérumen ?

Crédits : Wikipedia

Le cérumen, cette pâte jaunâtre qui s’accumule dans l’oreille des humains et des animaux, joue un rôle plutôt utile. Il est même conseillé de ne pas trop se nettoyer les oreilles afin de ne pas perdre ses propriétés !

Le cérumen (ou cire de l’oreille) est une substance cireuse sécrétée dans le conduit auditif externe. Pour certaines personnes, celle-ci est vue de manière négative. Elle est considérée comme sale, gêne l’audition et cause des vertiges. Et pourtant, le cérumen est utile, car il empêche la poussière de pénétrer et agit comme une véritable barrière physique également responsable d’un environnement acide non favorable aux bactéries pathogènes.

Cette substance est sécrétée de manière naturelle par les glandes cérumineuses situées sur les parois du conduit auditif, puis rejetée vers l’extérieur grâce aux mouvements de la mâchoire que sont la mastication et la phonation (parole). S’il est conseillé de ne pas trop chercher à éliminer cette substance pour en garder les bienfaits, un excès de cérumen peut malheureusement causer des bouchons. Il faut nettoyer le conduit auditif à l’aide d’une poire pour lavements auriculaires ou tenter de le ramollir avec de l’eau chaude et du savon ou encore en utilisant des gouttes prévues à cet effet. Le secret est donc de nettoyer le conduit auditif de la bonne manière en cas de bouchon afin d’éviter les désagréments.

Le coton-tige est proscrit, notamment dans le cas d’un bouchon de cérumen. En effet en s’enfonçant trop profondément, celui-ci ne fait que compacter le cérumen contre le tympan et les frottements laissent les parois du conduit auditif sans protection, ce qui peut causer des otites. Les signes de l’apparition d’un bouchon sont une sensation d’oreille bouchée, des bourdonnements et des acouphènes. Des vertiges peuvent apparaître, pouvant causer des troubles de l’équilibre et dans des cas plus graves, une surdité partielle ou totale en cas de perforation du tympan après une utilisation malheureuse du coton-tige.

Sources : Science & VieMedisiteLe Journal des Femmes