in ,

Mais que fait donc ce marsouin dans une tombe datant du Moyen-Âge ?

Crédits : Guernsey Archaeology/YouTube

Il y a quelques jours, une équipe d’archéologues faisait une découverte surprenante sur la petite île de Chapelle Dom Hue, au large de la côte de Guernesey. En fouillant les tombes d’un cimetière médiéval, les chercheurs sont en effet tombés sur la dépouille d’un marsouin soigneusement enterré.

Difficile d’expliquer cette mystérieuse tombe animale. « C’est très particulier, je ne sais pas quoi en penser », déclarait il y a quelques jours l’archéologue Philip de Jersey, de l’Université d’Oxford (Royaume-Uni), à The Guardian. « Pourquoi prendre la peine d’enterrer un marsouin dans ce qui ressemble à une tombe ?« . Effectivement, le corps de l’animal daté du 14e siècle est soigneusement aligné d’est en ouest selon la tradition chrétienne. La tombe elle-même suggère que l’animal était destiné à reposer en ce lieu solennel. Mais pourquoi ?

Pour les chercheurs, l’île servait de lieu de retraite religieuse pour les moines de cette époque. Beaucoup sont enterrés au bord de l’eau aux côtés de ce marsouin juvénile. Selon les chercheurs, il est possible que le jeune mammifère ait été tué pour sa chair et sa graisse. Ces animaux étaient en effet au menu à l’époque médiévale dans cette région du monde. Seulement, et si c’est le cas, pourquoi ne pas avoir simplement jeté les restes dans l’eau située à moins de dix mètres ? Philip de Jersey suggère de son côté que l’animal fut effectivement abattu pour sa chair, mais que la carcasse fut ensuite soigneusement stockée pour être consommée plus tard, mais les restes conservés n’ont jamais été récupérés. « Ils ont peut-être emballé la carcasse dans du sel puis ils ne sont jamais revenus pour une raison quelconque », a-t-il déclaré à The Guardian.

Les ossements du jeune marsouin sont actuellement examinés par des experts. Une fois les analyses terminées, peut-être saurons-nous alors comment et surtout pourquoi il fut enterré dans un cimetière de moines il y a près de 600 ans. Le chercheur a par ailleurs noté qu’il s’agissait ici de sa découverte la plus étrange en 35 ans de carrière.

Source