in ,

L’un des plus grands télescopes du monde durement frappé par l’ouragan Maria

Rues inondées, toitures arrachées, électricité coupée… Dix jours après le passage d’Irma, Porto Rico a été balayée par l’ouragan Maria, « la tempête la plus dévastatrice du siècle » selon le gouverneur de l’île. Au milieu des terres se trouve l’un des télescopes les plus grands et les plus emblématiques du monde : le radiotélescope d’Arecibo.

L’ouragan Maria, menaçant désormais la République dominicaine, a dévasté Porto Rico, ce mercredi 20 septembre, après avoir ravagé la veille la Guadeloupe et la Dominique. Au cœur de l’île se trouve l’observatoire d’Arecibo, l’un des plus grands du monde apparu notamment dans le célèbre film Contact. Le site, fermé depuis lundi afin que le personnel et les chercheurs puissent commencer les préparatifs pour affronter la tempête sera inspecté ce jeudi après-midi pour faire état des dégâts éventuels.

Le télescope d’Arecibo se distingue par sa grande taille : le diamètre de l’antenne principale est de 305 mètres. Jusqu’à la mise en service du radiotélescope FAST en Chine, l’antenne était la plus grande antenne convergente incurvée du monde, ce qui lui donnait la plus grande capacité de collecte d’ondes électromagnétiques. La surface de l’antenne est faite de 38 778 panneaux d’aluminium perforés chacun mesurant environ un mètre sur deux supportés par un maillage de câbles en acier. C’est une pointure qu’il serait donc dommage d’abîmer.

Crédits : iStock

Le télescope d’Arecibo a d’ailleurs fait plusieurs découvertes importantes. Le 7 avril 1964 notamment, peu après son inauguration, les chercheurs ont bénéficié de sa puissance et de sa grande sensibilité pour déterminer que la période de rotation de la planète Mercure n’était pas de 88 jours, mais seulement de 59 jours. En août 1989, des chercheurs capturaient la première image d’un astéroïde : l’astéroïde (4769) Castalia. L’année suivante, l’astronome polonais Aleksander Wolszczan mettait le doigt sur un pulsar, PSR B1257+12, qui l’amènera plus tard à découvrir ses deux planètes en orbite. Elles furent les premières planètes extrasolaires jamais découvertes. C’est également en ces lieux que les astronomes Frank Drake, Jill Tarter et Carl Sagan, entre autres, ont commencé à se lancer en chasse d’une vie extraterrestre.

Source