in

Et si fumer du cannabis nous permettait de mieux dormir ?

Crédit : iStock

En réponse aux insomnies, et après avoir essayé divers traitements médicamenteux s’avérant malheureusement inefficaces, de nombreuses personnes se sont tournées vers une solution beaucoup plus naturelle : la marijuana.

Son succès retentissant chez certains patients là où d’autres n’en voient pas l’utilité dépend de plusieurs facteurs incluant notamment la concentration utilisée, la fréquence d’utilisation et les prédispositions de l’individu face à cette drogue. D’ailleurs, sa libre circulation dans plus de 28 états des États-Unis due à un statut médicalisé en facilite énormément l’accès.

C’est depuis les années 1970 que les scientifiques se sont réellement intéressés aux effets du cannabis sur le sommeil. Ils se sont rapidement aperçus que la consommation de cannabis favorisait l’endormissement et notamment un sommeil profond. Le temps du sommeil paradoxal, lieu d’étape pour tous les rêveurs, s’est aussi vu rallongé ! Malheureusement, un arrêt progressif de la substance relançait des troubles du sommeil. Aujourd’hui encore, 65 % des cas de rechute seraient attribués à ces troubles, notamment dans le cas de fortes douleurs et de stress post-traumatique. Ces cas chroniques diminueraient les effets du cannabis sur le sommeil.

Crédits : 7raysmarketing/Pixabay

D’après les chercheurs, la fréquence d’utilisation de la marijuana aurait aussi un réel impact sur le sommeil des patients. En étudiant le sommeil de fumeurs quotidiens, occasionnels, exceptionnels et le sommeil de non-fumeurs, ils se sont rendu compte que plus l’utilisation de cannabis était importante, plus les risques d’insomnies augmentaient ! En effet, parmi les 98 participants de cette étude, 39 % des fumeurs quotidiens étaient sujets à des insomnies contre 10 % pour les fumeurs occasionnels ! Les non-fumeurs et les fumeurs exceptionnels n’avaient aucune différence de sommeil notoire.
De plus, quand les chercheurs ont observé la présence d’anxiété ou de dépression chez ces mêmes patients, les effets du cannabis sur le sommeil différaient ! En cas de dépression, la drogue avait un effet favorable sur le sommeil, mais dans le cas contraire, elle réaugmentait les risques d’insomnies.
Enfin, le traitement spécifique de certains troubles du sommeil peut faire varier la concentration et le type du cannabis utilisé. Une personne sensible aux insomnies et une autre aux cauchemars n’aura pas forcément recours aux mêmes traitements : la personne insomniaque préférera une forte dose de cannabidiol, un des procédés actifs du cannabis.

En raison d’un statut thérapeutique précaire, mais surtout son illégalité dans certains pays, les études sur le cannabis restent malheureusement encore peu nombreuses. La marijuana reste tout de même un espoir pour les personnes atteintes de troubles du sommeil, cette drogue douce ayant un réel impact sur leurs devenirs.

Source