in

Combien de vies ont-elles été sauvées depuis le début du 21e siècle grâce aux vaccins ?

Crédits : dfuhlert / Pixabay

Depuis 2001 et d’ici 2020, les programmes de vaccination auront permis de sauver près de vingt millions de vies dans les pays les plus pauvres du monde selon une nouvelle étude. Des milliards sont également économisés dans des pays où chaque centime compte.

En 2020, les vaccins contre l’hépatite B, le papillomavirus, la rougeole, la fièvre jaune, le rotavirus, la rubéole, l’encéphalite japonaise et trois souches bactériennes qui causent la pneumonie et la méningite ont certainement sauvé la vie de vingt millions d’enfants. Ces chiffres ne concernent que l’impact de Gavi (Global Alliance for Vaccines and Immunization), une organisation mondiale dont l’objectif explicite est d’améliorer l’accès à la vaccination dans les pays les plus pauvres du monde. Près de 580 millions d’enfants dans 73 pays pauvres auraient déjà été vaccinés grâce à l’engagement de cette organisation. Et maintenant, nous avons la preuve que ces efforts sont vraiment payants.

Des chercheurs de l’Université de Caroline du Nord ont ici cherché à étudier les réels impacts de ces campagnes de vaccinations. Ils se sont concentrés tant sur le plan sanitaire que financier. Ils ont pour ce faire examiné les chiffres de 73 pays à travers le monde dont le revenu national brut par habitant en 2003 était inférieur à mille dollars américains. En compilant des données annuelles sur la couverture vaccinale sur dix maladies courantes évitables par les vaccins et en ajoutant des données sur les prévisions stratégiques de Gavi, les chercheurs ont chacun des pays pris en charge par ces campagnes de vaccination réalisera en moyenne une économie de cinq milliards de dollars sur les traitements des patients à l’horizon 2020 (économies sur les pertes et réductions de la productivité en raison du décès ou de l’invalidité, des coûts de traitement, des coûts de transport, etc.).

Au cours de la même période, les chercheurs ont également souligné une baisse de 500 millions du nombre de cas de maladie et d’ici 2020, les vaccinations auront permis de prévenir 960 millions d’années de vie corrigées du facteur invalidité (AVCI). En outre, les bénéfices des vaccins sur la productivité, la qualité de vie et d’autres avantages économiques et sociaux ont été chiffrés à 820 milliards de dollars américains dans les 73 pays. Dans une société où moins d’enfants meurent ou sont handicapés par des maladies évitables, l’effet à long terme est une main-d’œuvre plus saine et plus productive où les gens ne doivent pas dépenser leurs économies durement gagnées pour soigner une maladie dévastatrice. « Les vaccins sont généralement considérés comme l’une des interventions les plus rentables en matière de santé publique », explique le chercheur principal Sachiko Ozawa. « Et cette étude soutient cela ».

Notons que certaines des données examinées pour cette étude étaient inévitablement inégales, car bon nombre des pays les plus pauvres du monde ont des données empiriques limitées sur les facteurs inclus dans l’étude. L’équipe admet que de futures analyses bénéficieront d’une collecte de données supplémentaires. Malgré ces limites, cette nouvelle analyse montre donc clairement que les vaccins permettent non seulement de sauver des vies, mais également de dégager des bénéfices massifs pour les pays les plus démunis du monde. « Les décideurs doivent apprécier tous les avantages économiques potentiels susceptibles de résulter de l’introduction et de l’utilisation durable de tout programme de vaccination ou de vaccination », conclut le chercheur.

Source