in

Du « bore » a bien été décelé sur la surface de Mars, preuve d’une ancienne vie passée ?

Crédits : NASA/JPL-Caltech/MSSS

La NASA le confirme, du bore a bien été décelé sur Mars, ce qui donne aux scientifiques de plus en plus d’indices quant à savoir si la vie aurait pu exister sur la planète rouge il y a plusieurs millions d’années.

En décembre 2016, la NASA annonçait la découverte par Curiosity de bore à la surface de Mars. C’est un élément qui est associé ici sur Terre à des sites où de grandes quantités d’eau se sont évaporées. Parce que le bore peut jouer un rôle important dans la fabrication de l’ARN (ou acide ribonucléique, cet acide nucléique est l’un des éléments constitutifs de la vie), le fait d’en déceler sur Mars ouvre donc la possibilité que la vie ait pu un jour surgir sur la planète. Une étude publiée aujourd’hui dans la revue Geophysical Research Letters vient confirmer cette découverte.

Un ingrédient clé de l’ARN est un sucre appelé ribose. Mais les sucres sont notoirement instables, ils se décomposent rapidement dans l’eau. Le ribose aurait donc besoin d’un autre élément pour se stabiliser. C’est là que le bore entre en jeu. Lorsque le bore se dissout dans l’eau, il réagit avec le ribose et le stabilise assez longtemps pour permettre la fabrication d’ARN. Le bore trouvé sur Mars a été découvert dans des veines minérales de sulfate de calcium du Cratère Gale, ce qui signifie que l’élément était présent dans les eaux souterraines de Mars, indiquant probablement au passage que certaines des eaux souterraines du cratère étaient jadis habitables avec des températures allant de zéro à soixante degrés Celsius et avec un pH neutre à alcalin.

« Un bassin sédimentaire comme celui-ci est un réacteur chimique », expliquait il y a quelques mois John Grotzinger, du California Institute of Technology. « Les éléments sont réarrangés, de nouveaux minéraux se forment, d’anciens se dissolvent. Les électrons sont redistribués. Sur Terre, ces réactions entretiennent la vie ». C’est donc un bon signe pour l’habitabilité potentielle de la Mars il y a très longtemps. Quant à savoir si la vie martienne a déjà réellement existé, ça, on ne le sait pas encore, car aucune preuve convaincante n’a encore été découverte. Lorsque Curiosity posait son pied dans le cratère Gale en 2012, le but principal de sa mission était en revanche de déterminer si la zone avait un jour offert un environnement favorable au développement de la vie. Cette fois-ci, la réponse est oui.

Source