in

Des astronomes repèrent deux nouvelles étoiles « hypervéloces »

Crédits : Nasa

Une équipe d’astronomes chinois annonce la découverte de deux nouvelles étoiles dites hypervéloces qui filent à près de 1 000 km/s autour du centre galactique. Si certaines de leurs caractéristiques sont d’ores et déjà établies, leur origine reste encore mystérieuse.

La plupart des étoiles de notre galaxie se comportent de manière prévisible et sont en orbite autour du centre de la Voie lactée à des vitesses d’environ 100 km/s. Mais certaines étoiles atteignent des vitesses considérablement plus importantes au point d’échapper à l’attraction gravitationnelle de la galaxie : ce sont les étoiles dites hypervéloces. Théorisées dans les années 1980, on en dénombrait à ce jour qu’une vingtaine. Deux nouvelles font néanmoins leur entrée dans cette liste : les désignées LAMOST-HVS2 et LAMOST-HVS3 qui se déplacent chacune à des vitesses allant jusqu’à 1000 km/s au centre de notre galaxie.

Concernant les mensurations, HSV2 pèse environ 7,3 masses solaires et serait 2 399 fois plus lumineuse que notre Soleil. Sa température effective de surface est d’environ 20,600 K. HSV3, 309 fois aussi lumineuse que le Soleil, ne pèse que 3,9 masses solaires pour une température estimée à environ 14 000 K. L’équipe à l’origine de cette nouvelle découverte, dirigée par l’astronome Yang Huang de l’Université du Yunnan à Kunming, en Chine, estime qu’environ 1 000 de ces étoiles filent en ce moment même dans notre galaxie. Pour mettre cela en perspective, sur les 200 milliards d’étoiles que compte la Voie lactée, ce chiffre ne représente que 0,0000005 % de notre population galactique. Les chercheurs ont par ailleurs également examiné leur position spatiale, mais leur origine reste un mystère.

Une étude publiée il y a quelques semaines par des chercheurs de l’Université de Cambridge suggérait que ces « sprinteuses » de l’espace seraient en fait issues d’une galaxie beaucoup plus petite en orbite autour de la nôtre : le Grand Nuage de Magellan. Ces étoiles en mouvement rapide auraient été arrachées à leur maison suite à l’explosion de congénères dans différents systèmes binaires. En explosant, ces étoiles auraient donc en quelque sorte « projeté » leur compagnon à des vitesses leur permettant de se libérer de l’attraction gravitationnelle de leur galaxie avant de finir « absorbées » par la Voie lactée.

Source