in

Il y a 40 ans, les deux objets les plus lointains jamais envoyés par l’Homme quittaient la Terre

Crédits : Nasa / JPL

Il y a quarante ans la sonde Voyager 2 quittait la Terre, suivie quelques jours plus tard par Voyager 1. Ces deux objets sont aujourd’hui les objets les plus lointains jamais envoyés par l’Homme. Et l’aventure est loin d’être terminée.

Quelle épopée ! Fin août et début septembre 1977, deux petites sondes quittent Cap Canaveral, la base de lancement en Floride, pour une aventure qui marquera l’histoire de l’exploration spatiale. La mission qui ne devait à la base ne s’étaler que sur quatre ans dure aujourd’hui plus de 40 ans. La mission principale de ces sondes jumelles était l’exploration des quatre planètes géantes gazeuses des confins du système solaire. Tandis que Voyager 1 s’aventurait dans le système solaire externe, Voyager 2, elle, se tournait vers Neptune, devenant ainsi la première et unique sonde de toute l’histoire à explorer ces mondes.

Cette année marquera donc le quarantième anniversaire de leur lancement, respectivement les 20 août et 5 septembre prochains. Malgré la distance qui les sépare de la Terre, les sondes sont encore et toujours en contact avec la NASA et continuent de renvoyer des données précieuses. Voyager 2 se trouve actuellement à environ 17 milliards de kilomètres de la Terre. Voyager 1 se trouve encore plus loin, à environ 21 milliards de kilomètres de nous. Il s’agit du seul objet humain à avoir jamais atteint l’espace interstellaire. Elle erre, toute seule, mais est toujours en vie. Voyager 2 devrait d’ailleurs faire de même d’ici quelques années.

Crédits : Nasa / JPL

Les antennes des sondes envoient donc toujours des signaux radio, réceptionnés sur Terre par les trois antennes du Deep Space Network, le réseau de télécommunications lointaines de la Nasa. En raison de la distance et de la vétusté du matériel, il faut près de vingt heures pour recevoir les données. Lentement, mais surement. Les deux sondes ont en effet permis de nombres découvertes, qui incluent notamment la détection des premiers volcans actifs au-delà de la Terre – sur la lune de Jupiter Io – la première preuve d’un océan de subsurface possible sur Europe, la lune de Jupiter, l’atmosphère dense autour de Titan, la une de Titan (le seul corps au-delà de la Terre avec une atmosphère dense et riche en azote), ou encore la découverte de dizaines de satellites naturels. Ces réalisations ont donc permis des avancées incommensurables dans les domaines des sciences planétaires, de l’astronomie et de l’exploration spatiale. Elles ont également ouvert la voie à de futures missions, telles que les sondes Galileo et Juno, la mission Cassini-Huygens et le vaisseau spatial New Horizons.

Crédits : Nasa / JPL

Notons au passage que chaque engin porte dans ses bagages une collection de sons, d’images et de messages qui racontent l’Histoire de notre planète et de nos civilisations. Parmi ces « messages » vous retrouverez notamment la Cinquième Symphonie de Beethoven, le chant des criquets, les pleurs d’un bébé, le son d’un baiser, le vent et la pluie, le lancement assourdissant d’une fusée vers la Lune, le chant des pygmées africains, les flûtes de pan des îles Salomon, un chant nuptial péruvien et des salutations dans des dizaines de langues. Ces enregistrements étaient destinés à servir de sorte de capsule de temps et / ou de message à d’éventuelles formes de vie extraterrestre. Destinés, ils le seront d’ailleurs encore longtemps. Ces messages sont en effet prévus pour durer dans le temps, jusqu’à 3 milliards d’années environ.

Source