,

On comptera trois fois plus d’aveugles et de malvoyants en 2050

Crédits : iStock

Une étude fait état d’une augmentation du nombre de personnes atteintes de cécité et autres déficiences visuelles pour les trois prochaines décennies. En 2050, ce type de personnes dépassera le demi-milliard.

En 2015, il y avait 36 millions de personnes aveugles et 127 millions de malvoyants, soit 35 % de plus qu’en 1990 comme le stipule une étude parue le 3 août 2017 dans la revue Lancet Global Health. Selon les chercheurs, ces chiffres devraient être multipliés par trois d’ici à 2050 pour atteindre un total de 588 millions sous l’effet du vieillissement de la population et de la croissance démographique. Le seul élément qui pourrait changer cette tendance est l’allocation de budgets plus importants pour la recherche de nouveaux traitements.

Il faut savoir que malgré l’augmentation du nombre total d’aveugles et de malvoyants allant de pair avec l’augmentation de la population générale, la proportion globale de ces personnes s’est tout de même réduite. Ainsi, les chercheurs estiment que la « prévalence globale de la cécité a diminué de 0.75 % en 1990 à 0.48 % en 2015 ». En ce qui concerne la proportion de déficients visuels (malvoyants), celle-ci a également diminué (de 3,83 % à 2,90 %). Cette amélioration était due à un niveau de vie de meilleure qualité ainsi qu’au développement d’opérations et de traitements nouveaux.

L’étude explique que malheureusement, cette diminution devrait s’arrêter vers 2020 pour faire place à une augmentation rapide à moins de trouver encore de nouveaux traitements dans les prochaines années. La répartition des taux d’aveugles et de malvoyants est par ailleurs inégale, ces troubles touchant beaucoup plus les pays en voie de développement d’Asie et d’Afrique subsaharienne, ce qui aurait également un impact sur la vie professionnelle dans beaucoup de cas. Ainsi, il y aurait 1,98 % d’aveugles en Afghanistan et 1,86 % en Éthiopie contre seulement 0,14 % en France et 0,08 % en Islande, une inégalité flagrante. Enfin, il faut savoir qu’il s’agit ici de données relatives aux personnes qui ne reçoivent pas de traitement adapté à leur déficience.

Sources : Le MondeLes Inrocks