, ,

Applications d’identification de champignons, trop leur faire confiance peut être dramatique !

Crédits : CC0 Domaine public

Se reposer entièrement sur la technologie sans la remettre en question peut parfois être dangereux, même pour des choses qui peuvent paraître insignifiantes au premier abord. L’application Mushroom, servant à l’identification des champignons, entre justement dans ce genre de considérations.

Nous sommes nombreux à apprécier les balades en forêt, surtout s’il y a quelque chose de bon à manger : châtaignes, truffes, fraises sauvages et autres baies… ainsi que les champignons ! Leur cueillette trouve des adeptes dans le monde entier, mais nous le savons : il faut savoir les choisir, car certains d’entre eux peuvent causer des dégâts chez l’homme, pouvant aller parfois jusqu’à la mort.

De nos jours, le mode de vie citadin étant le plus plébiscité, notre capacité à reconnaître les champignons a drastiquement baissé durant les dernières décennies. À moins d’être garde forestier ou fervent amateur ayant lu quelques ouvrages sur la question, il n’est pas simple de se lancer à leur recherche et de savoir différencier les succulentes girolles de certaines amanites mortelles.

Il y a quelques jours, l’application Mushroom — Instant mushroom plant identification tentait de combler ce manque de savoir. Comme son nom l’indique, l’application a pour vocation d’identifier n’importe quelle variété de champignon de façon instantanée en utilisant la reconnaissance d’images. Nicholas Sheriff, son créateur issu de la Silicon Valley, pense que cette application est capable de s’imposer en tant que « Bible des chasseurs de champignons » et indique que « personne n’est capable de mémoriser toutes les espèces de champignons du monde, même un génie. »

Sur ce dernier point, nous ne pouvons que donner raison à Nicholas Sheriff, en revanche l’intéressé ne cache pas le fait qu’il s’agit d’une version bêta, donc non infaillible, ce qui est confirmé par un article de Motherboard ainsi que certains commentaires lisibles sur les plateformes mettant à disposition du public l’application Mushroom.

Ainsi, l’intelligence artificielle de l’application ne reconnaît pas toujours les champignons qui lui sont présentés et peut se tromper sur leur identification, ce qui peut s’avérer incroyablement dangereux lorsque l’on en apprend un peu plus sur certaines variétés tout simplement capables de causer la mort. Moralité : l’application doit garder un aspect consultatif et ne doit pas être prise comme une référence sous peine d’éventuellement le regretter par la suite… Par extension, cela vaut pour de nombreux services en lignes et autres technologies, la prudence est donc de mise.

Sources : The VergeMotherboard