in ,

Première téléportation quantique réussie… sous l’eau !

Crédits : iStock

Le monde étrange de la mécanique quantique fait de nouveau parler de lui. Une équipe de chercheurs chinois annonce avoir pour la première fois transmis des particules de lumière quantiques enchevêtrées sous l’eau.

L’idée d’une communication quantique sous-marine n’est pas nouvelle. En revanche, aucune expérience n’avait jusqu’à présent été faite. Il s’agit là d’un énorme pas en avant puisque la téléportation quantique promet d’autoriser l’envoie de messages protégés des regards indiscrets par les lois de la physique. C’est le cryptage ultime.

Fondamentalement, l’idée d’enchevêtrement quantique signifie que deux particules deviennent inextricablement liées de sorte que tout ce qui arrive à l’une affectera automatiquement l’autre, peu importe la distance qui les sépare. Des chercheurs ont déjà « téléporté » des informations à travers de vastes distances, que ce soit par la fibre optique ou même l’espace ouvert. Plus tôt cette année, une équipe distincte de chercheurs chinois annonçait d’ailleurs avoir téléporté des informations vers un satellite positionné en orbite terrestre sur plus de 500 km de distance. Sous l’eau c’est donc une première. Et ce sont les sous-marins qui vont être contents.

Pour tester l’enchevêtrement dans l’eau, le Professeur Xianmin Jin et ses collègues de l’Université Shanghai Jiao Tong, en Chine, ont versé de l’eau salée de la Mer Jaune dans un conteneur de 3 mètres de long. Ils ont alors pu transmettre des photons enchevêtrés sans déranger leur lien quantique. Trois mètres, c’est peu, mais les calculs suggèrent qu’il devrait être possible de communiquer sur près de 885 mètres. »Nos résultats confirment la faisabilité d’un canal quantique d’eau de mer, représentant la première étape vers la communication quantique sous-marine« , ont écrit les chercheurs dans la revue The Optical Society.

Notons par ailleurs que des calculs théoriques précédents avaient établi une limite de communication quantique sous-marine de seulement 120 mètres. Ces résultats devront donc être confirmés par d’autres équipes indépendantes, mais maintenant que l’on sait que c’est possible, ce n’est qu’une question de temps avant que les limites ne commencent à être repoussées.

Source