in

Jusqu’à 100 étoiles filantes par heure ! Ce soir, ne ratez pas la pluie de météores des Perséides

Crédits : Flickr

Après la nuit des étoiles et l’éclipse de lune, place à l’essaim de météores des Perséides ! Cet été, les amateurs d’astronomie sont particulièrement gâtés, surtout que cette pluie d’étoiles filantes est synonyme d’une cinquantaine de passages par heure minimum.

Particulièrement dans le cas où vous êtes actuellement en vacances, il serait absolument dommage de louper cet événement très attendu chaque année entre les mois de juillet et aout. En effet, les Perséides (ou Larmes de saint Laurent) sont connues pour être un spectacle magnifique. Cette pluie de météore est présente dans un nuage de poussière et de roche que la Terre traverse actuellement et qui représente les débris de la comète 109P Swift-Tuttle.

Le site meteorshowers.org permet de suivre la trajectoire des Perséides (voir capture ci-après) dont la vitesse moyenne est de 60 km/s et la fréquence de passage est comprise en 50 et 100 par heure.

Crédits : meteorshowers.org

Évidemment, diverses conditions favorables devront être réunies afin de bénéficier d’une bonne visibilité. Il faudra alors attendre que la nuit soit entièrement tombée et que le ciel soit entièrement dégagé, et ce tout en évitant un maximum toute pollution lumineuse. Ainsi, une observation en rase campagne est préconisée ici afin de profiter du spectacle un maximum.

De plus, comme son nom l’indique, l’essaim de météores provient de la constellation de Persée, il faudra donc orienter son regard vers le nord-est. Bien sûr, une observation au télescope offre un confort inégalable mais pour les amateurs ne possédant pas ce matériel, des jumelles feront amplement l’affaire. Ne loupez pas cet événement qui est par ailleurs une belle occasion de dormir à la belle étoile !

Cette année, il y aura tout de même un petit accroc. Puisque nous parlions de pollution lumineuse, il faut savoir que cette nuit, la Lune sera aux trois quarts pleine, ce qui réduira les chances d’observer les plus faibles et plus furtives des étoiles filantes. Cela ne devrait pourtant pas décourager les amateurs !