in ,

Les nouveau-nés ont déjà une idée de la façon dont les chiffres fonctionnent

Crédits : iStock

Selon une étude, les nouveau-nés semblent avoir un sens rudimentaire des nombres, préférant d’instinct les nombres plus petits sur la gauche et les plus grands sur la droite. La découverte suggère que cette représentation mentale linéaire des nombres pourrait être innée chez les humains.

Nous visualisons la plupart de nos pensées dans l’espace. Qu’il s’agisse des jours de la semaine ou de tonalités musicales, nous avons tendance à cartographier ces données dans un continuum spatial. Il en va de même pour les chiffres. Dans les cultures occidentales, les gens ont tendance à penser que les nombres augmentent en valeur le long d’une représentation linéaire mentale qui va de gauche à droite, tandis que les sociétés arabes et hébraïques les conçoivent dans la direction opposée. Pour comprendre si ces lignes numériques sont innées ou déterminées par la langue et la culture, Rosa Rugani, de l’Université de Padoue (Italie), s’est récemment penchée sur ces schémas mentaux chez des nouveau-nés âgés entre 12 et 117 heures (l’âge moyen était de 55 heures).

Pour cette étude, les chercheurs ont montré à chacun des bébés une série d’images dans lesquelles des carrés blancs contenaient un certain nombre de carrés noirs plus petits (4, 12 et 36). Une fois habitués à un nombre (12), les bébés ont spontanément associé le nombre plus petit (4) sur le côté gauche et le plus grand (36) sur le côté droit de l’espace. Le même nombre (c’est-à-dire 12) a été associé au côté gauche chaque fois que le nombre précédemment expérimenté était plus grand (36), mais associé au côté droit chaque fois que le nombre était plus petit (4).

« Observer cela [la ligne mentale allant de gauche à droite] chez les nouveau-nés suggère fortement que cette capacité soit innée », explique Koleen McCrink, du Barnard College à New York, interrogée par New Scientist. La chercheuse suggère que notre sens inné de l’ordre pourrait courir de gauche à droite parce que le côté droit du cerveau qui reçoit l’information visuelle de l’œil gauche est plus grand chez les bébés. « Il est très intéressant d’avoir des données provenant de nouveau-nés où il y a très peu de possibilités d’influence culturelle », explique de son côté Martin Fischer, de l’Université de Potsdam en Allemagne. Cependant, cela ne signifie pas pour autant que la culture n’ait pas déjà eu d’effet sur ces bébés. « Passer cinq minutes avec un adulte suffit à influencer un enfant de cet âge », explique-t-il.

Samuel Shaki de l’Université Ariel en Israël, pense quant à lui que les bébés de l’étude associent ici des images plus simples à la gauche et des plus complexes à la droite. Tous les bébés de l’étude sont ici nés en Italie, il est donc possible qu’une expérience menée dans un hôpital israélien produise des résultats différents.

Source