in

Nettoyer ou désinfecter une éponge ne serait pas une si bonne idée…

Crédits : iStock

On pourrait croire que « réhabiliter » une éponge usagée pourrait avoir de nombreux avantages, comme celui de nous faire économiser quelques deniers sur l’année. Désolé de vous décevoir, mais même après lavage ou nettoyage, une éponge reste malheureusement un sacré nid à bactéries !

Accessoire indispensable dans une cuisine, l’éponge arrive en tête des objets les plus sales que l’on trouve dans cette pièce avec les planches à découper, l’évier, le décapsuleur ainsi que les mixeurs et autres robots du genre. Rendre une éponge usagée réutilisable après désinfection ou nettoyage, est-ce réellement possible ? Il existe diverses astuces fourmillant sur le Web préconisant l’utilisation d’eau bouillante, de javel, de bicarbonate de soude, de citron ou de vinaigre blanc. D’autres sources évoquent l’utilisation du micro-ondes ou encore du lave-vaisselle.

Selon une étude allemande publiée dans la revue Scientific Reports le 19 juillet 2017, ces solutions de secours ne sont pas viables et pourraient même favoriser les bactéries les plus pathogènes présentes dans les éponges. Le seul « remède » réside alors dans le changement pur et simple de l’éponge usagée, un acte qu’il faudra considérer comme systématique environ une fois par semaine.

Les chercheurs ont analysé quatorze éponges provenant de diverses familles allemandes grâce à un microscope confocal et aux techniques de fluorescence et de séquençage génétique. Pas moins de 362 bactéries différentes ont été identifiées. Sept éponges neuves ont également été observées et aucune d’entre elles ne comportait le moindre microbe.

Crédits : Massimiliano Cardinale / Scientific Reports

Comme le montre la modélisation ci-dessus, les bactéries se placent à la surface de l’éponge usagée comme dans les alvéoles. Selon l’étude, la concentration de bactéries pouvait atteindre des chiffres incroyables : 54 milliards par centimètre cube ! Il faut également savoir que 70 % du total des bactéries présentes sont relatifs à dix sortes différentes, dont cinq qui sont pathogènes et ont tendance à se multiplier sous l’effet d’une tentative de nettoyage de l’éponge.

Sources : Science & VieSanté MagazineFemme Actuelle