,

Dans la nébuleuse d’Orion, les étoiles se forment par rafales

Crédits : ESO/G. Beccari

Les chercheurs savaient que la nébuleuse d’Orion était une véritable pouponnière d’étoiles. Une étude nous apprend maintenant qu’au cœur même de cet amas, trois populations distinctes de jeunes étoiles évoluent. De quoi étoffer nos connaissances concernant les processus de formation stellaire.

Ce coin de l’espace fascine toujours autant. Visible depuis la Terre, à l’œil nu dans de très bonnes conditions ou avec une paire de jumelles, la Nébuleuse d’Orion (aussi connue sous le nom de Messier 42) est la nébuleuse la plus brillante dans le ciel, une véritable usine stellaire située à environ 1350 années-lumière. De nouvelles images prises par l’OmegaCAM, une caméra optique à grand champ installée sur le Télescope de Sondage du VLT (VST), ont récemment permis de cibler au cœur de cet amas un regroupement de jeunes étoiles. Trois générations, pour être exact.

En caractérisant la couleur des étoiles, il est en effet possible d’évaluer leur âge. Ces analyses ont permis de mettre à jour trois générations formées en seulement trois millions d’années environ. C’est une surprise, car les astrophysiciens supposaient que toutes les étoiles d’un amas étaient formées simultanément. Or, il semblerait que les étoiles se forment ici par rafales. C’est une découverte inattendue et jugée « capitale » par les équipes de l’Observatoire européen austral qui publieront prochainement leurs résultats dans la revue Astronomy & Astrophysics.

Les trois générations d’étoiles : en rouge, les plus jeunes, en vert, celles d’âge moyen et en bleu, les plus vieilles. Crédits : ESO/G. Beccari

« Ce à quoi nous avons assisté est très important. Nous distinguons sans aucun doute trois populations distinctes d’étoiles dans les parties centrales d’Orion. Ces nouveaux résultats suggèrent fortement que la formation d’étoiles dans la nébuleuse d’Orion se déroule en rafales et plus rapidement qu’on ne le pensait auparavant. Ainsi notre compréhension de la façon dont les étoiles se forment en grappes doit être modifiée », note Giacomo Beccari, principal auteur de cette étude.

Source