in ,

Un jeune dauphin échoué meurt à cause de la foule venue se photographier avec lui…

Crédits : Equinac sur Facebook

Sur une plage espagnole, un jeune dauphin s’est échoué et est décédé après qu’un attroupement de touristes curieux se soit précipité vers lui. Cet incident n’est pas sans rappeler un autre drame similaire s’étant produit l’an dernier.

Souvenez-vous en 2016, un dauphin s’était déjà échoué sur une plage en Argentine. De nombreux baigneurs s’étaient alors précipités vers l’animal pour le toucher, le sortir de l’eau et prendre des selfies, un acte irresponsable alors qu’il aurait été plus judicieux de l’aider à reprendre la mer ou d’appeler les secours.

Le 12 août 2017, un autre dauphin s’est échoué cette fois en Espagne, sur la plage de Mojacar (sud-est du pays). La scène est très similaire à ce qu’il s’est passé en Argentine : à la vue de l’animal, une flopée de curieux se sont rués vers le dauphin afin de prendre des selfies avant que celui-ci ne succombe.

« Se jeter sur eux pour les prendre en photo et les toucher leur cause un choc très fort qui engendre un arrêt cardio-respiratoire, ce qui s’est finalement produit ici », a déclaré un porte-parole de l’ONG Equinac basée à Almeria qui œuvre pour le sauvetage de la faune marine.

L’association s’est indignée et a posté des photos sur Facebook montrant les baigneurs prendre des clichés avec le dauphin, certains lui bouchant par ailleurs (involontairement) les orifices par lesquels l’animal respire. Si l’ONG estime naturellement que les touristes ne sont pas responsables du naufrage du dauphin, le fait est que leur comportement s’est avéré complètement irresponsable et estime que « s’agglutiner sur lui pour le photographier et le toucher entraîne un état de stress élevé » alors que celui-ci était déjà « faible et effrayé. »

Crédits : Equinac sur Facebook

L’animal aurait succombé seulement un quart d’heure après son échouage alors que les sauveteurs sont arrivés sur les lieux légèrement trop tard. Le comportement des baigneurs a donc précipité l’animal vers la mort, alors qu’il aurait été plus simple d’appeler les secours. C’est d’ailleurs ce qui est préconisé dans ce genre de cas à l’aide d’un smartphone… plutôt que prendre des photos.

Sources : Sciences et Avenir20 Minutes