, ,

Inde : un fœtus découvert dans le ventre… d’un nouveau-né !

S’agit-il d’un nouveau-né « enceinte » ? Évidemment non ! En revanche, il s’agit bien d’une malformation congénitale rarissime, une sorte de jumeau parasite ici doté d’un bras, de jambes et d’un cerveau.

Ce phénomène connu, mais extrêmement rare se nomme fœtus in fœtu. Il s’agit ici d’un jumeau parasite retrouvé dans le ventre d’un bébé né récemment en Inde et que les médecins ont heureusement pu retirer sans encombre. Selon le quotidien britannique The Independant, une radiologue avait découvert cette malformation alors que la jeune femme de 19 ans auscultée portait encore l’enfant en elle.

La malformation fœtus in fœtu est, comme son nom l’indique, caractérisée par le développement d’un fœtus à l’intérieur de son jumeau « normal ». Le fœtus indésirable découvert en Inde mesurait environ sept centimètres et était dépourvu de boîte crânienne, mais était doté de deux jambes, d’un bras et d’un cerveau.

La nouvelle fait plutôt froid dans le dos, mais heureusement, la malformation a été détectée à temps alors que ce n’est pas toujours le cas. En effet, il peut arriver qu’une personne vive des années sans s’apercevoir qu’elle porte en elle une telle malformation. Il faut savoir que la notion de fœtus in fœtu est à l’opposé de celle relative aux bébés siamois, car le fœtus est entièrement absorbé par son jumeau, ce qui l’empêche de grandir.

Citons le cas de Yamini Karaman, une jeune doctorante américaine ayant découvert en 2015 qu’elle possédait un fœtus jumeau en elle à l’âge de 26 ans. La même année, il y a également eu le cas de Jenny Kavanagh, une Britannique ayant la même déformation et qui s’en est rendue compte seulement à l’âge de 45 ans !

Il faut tout de même savoir qu’il y a eu pire qu’un fœtus prisonnier de son jumeau. En effet, en 2010, des médecins de Hong Kong ont découvert dans le ventre d’une petite fille qui venait de naître non pas un fœtus, mais deux fœtus ! Selon les médecins hongkongais de l’époque, les cas de fœtus in fœtu se produisent une fois toutes les 500 000 naissances en moyenne et seuls 200 cas dans le monde ont été répertoriés.

Source : The IndependentSlateSciences et Avenir