in

Chine : quand le tourisme brouille le plus grand télescope du monde

Crédits : capture Youtube / Science Channel

Mis en service il y a à peine un an, le télescope FAST, situé dans le sud-ouest de la Chine, fait les frais de la présence de millions de touristes brouillant les signaux. Depuis, le coût du télescope ainsi que les aménagements ayant été requis pour sa construction font grand débat face au dynamisme que le tourisme apporte à la région concernée.

Le télescope FAST (Five-hundred-meter Aperture Spherical Radio Telescope) a été inauguré en septembre 2016 dans la province de Guizhou, dans le sud-ouest du pays. Comme son nom l’indique, FAST est le plus grand radiotélescope du monde à un seul appareil avec ses 500 mètres de diamètre. Le télescope a élu domicile dans une zone rurale, jouissant à la base d’une situation calme et isolée, idéale pour écouter le ciel.

Seulement voilà, le gouvernement a publié des chiffres faisant état d’un nombre de 4 millions de touristes qui se seraient déplacés sur place afin d’observer le télescope durant les six premiers mois de l’année 2017, selon le South China Morning Post. Il se pourrait que d’ici la fin de l’année, près de 6 millions de touristes viennent également visiter le site, portant le total de curieux à 10 millions sur l’année entière.

Le fait est que les touristes utilisent leur smartphone à quelques dizaines de mètres du télescope, causant une pollution électromagnétique assez importante pour altérer son fonctionnement. Alors que la présence de touristes est quotidienne, il faut savoir que les personnes travaillant sur le site sont défendues d’utiliser leur portable sans permis spécial.

La mission du télescope FAST est d’écouter le ciel à la recherche de signaux extraterrestres et d’ondes gravitationnelles. Le travail des scientifiques est alors perturbé par la présence des touristes et des plaintes se sont fait entendre en interne, mais le sujet est visiblement sensible. Aucun chercheur ne s’exprime publiquement car FAST rapporte énormément d’argent. La somme de 4,6 milliards de yuan (690 millions de dollars) a été évoquée, allant directement dans les caisses de la province du Guizhou.

Kedu, ville la plus proche du télescope, est une petite cité vieille de 700 ans. Depuis l’apparition du télescope, 46 hôtels et une chaine de restaurants ont été construits pour satisfaire la demande du tourisme, tandis que deux autoroutes sont actuellement en cours de construction non loin. Cette dynamique est une aubaine pour cette région assez pauvre de la Chine mais pour la science, c’est justement tout l’inverse.

Concernant le télescope, les investissements de base ont été chiffrés à 164 millions de dollars et ont nécessité 5 années de travaux ainsi que le déplacement de 9000 habitants. Partagé entre une nouvelle dynamique apportée à une région pauvre et un coût faramineux du télescope couplé à une inefficacité d’un point de vue scientifique, la Chine est scindée entre les pour et les contre.

Sources : South China Morning PostMashableOuest France