in ,

Des chercheurs japonais découvrent la créature marine la plus profondément observée à -8178 mètres

Crédits : capture Youtube / JAMSTEC

Le poisson dont il est question ici est une créature vivant dans des profondeurs extrêmes. Malgré cette caractéristique peu flatteuse lorsque l’on pense aux spécimens connus de la faune abyssale, ce joli petit poisson bleuté est tout simplement devenu la créature marine la plus profondément observée.

Habituellement, lorsque l’on parle de créatures vivant dans d’extrêmes profondeurs, il s’agit de bestioles peu « ragoûtantes ». Citons par exemple le Melanocetus johnsonii, un petit poisson effrayant ayant des dents longues et fines ou encore le Chaunacops coloratus, une étrange sorte de poisson rouge couvert d’épines.

Néanmoins l’Agence japonaise de recherche scientifique Mer-Terre (JAMSTEC) a publié une courte vidéo (à visionner en fin d’article) faisant état d’une découverte peu banale. Comme l’explique un communiqué officiel, l’équipe nippone s’est rendue en mai 2017 dans la zone de la fosse des Mariannes, l’endroit le plus profond de la croûte terrestre avoisinant les 11 000 mètres de profondeur.

Les chercheurs ont plongé dans l’eau un sac de maquereaux et une caméra 4K avec l’espoir d’attirer des créatures marines encore inconnues et la surprise fut grande. En effet, à 8178 mètres de profondeur, l’appât a attiré de petits poissons bleutés très beaux dont l’apparence contraste avec d’autres spécimens appartenant à la faune abyssale connue comme expliqué plus haut. Cette profondeur constitue un record puisque le précédent faisait état de l’observation d’un autre poisson à une profondeur proche : -8152 mètres.

Il faut également savoir qu’il sera peut être impossible de trouver des poissons en dessous de -8200 pour la simple et bonne raison que selon divers scientifiques, les poissons ne pourraient plus produire suffisamment d’osmolyte, une molécule leur permettant de résister à de très fortes pressions causées par de telles profondeurs.

Les images tournées par la JAMSTEC font désormais partie d’une exposition actuellement présentée au Muséum d’Histoire Naturelle de Tokyo (Japon). Voici la courte vidéo publiée le 23 août 2017 :

Sources : MotherboardSlate