in ,

Quand les arbres sont « timides » et refusent de se toucher

Crédits : Wikipedia

Lors de votre prochaine randonnée en forêt, amusez-vous à lever la tête et contempler la cime des arbres, cela pourrait vous surprendre ! Le fait est qu’il existe un phénomène naturel étonnant, une particularité faisant en sorte que les arbres ne se touchent pas en forêt.

Cet étrange comportement imputé à certains arbres s’appelle « couronne de timidité » ou « timidité des cimes » et c’est un phénomène lié à l’allélopathie (interactions biochimiques entre les plantes). Cela consiste à garder une certaine distance entre eux au niveau des branches et des feuillages. Il faut par ailleurs savoir que cette caractéristique est également observable au niveau des racines.

Le terme « timidité » est vraiment le qualificatif employé par les botanistes étudiant ce phénomène qui reste encore et toujours inexpliqué. Des centaines d’espèces d’arbres adoptent ce comportement, qui semblerait être une façon de se préserver les uns des autres. Lorsque les arbres stoppent leur croissance, des « fentes de timidité » se créent à une distance pouvant aller jusqu’à quatre-vingts centimètres et dix étant le minimum. Cela évite aux branches des différents arbres de s’entremêler.

Crédits : Wikimedia Commons

Le résultat est d’ailleurs impressionnant et beau à regarder, donnant l’impression d’observer de véritables labyrinthes par une somme de jeux de lumière. Il faut savoir que cette timidité est la plus marquée chez le camphrier (Cinnamomum camphora), une espèce d’arbres de la famille du laurier dont on extrait le camphre par distillation.

Rappelons que le phénomène a été observé pour la première fois dans les années 1960 en Australie d’après des écrits. La timidité des cimes donne alors la preuve que les arbres savent s’ils ont un voisin ou non et que si ce n’est pas le cas, ceux-ci se sentent alors libres de pousser de manière quasi infinie selon les espèces.

Les spécialistes de la question s’accordent pour dire que le mystère n’est pas résolu, mais ces derniers avancent tout de même des hypothèses probables. Ils évoquent la possibilité que certaines feuilles produisent des gaz inhibant les branches de leurs voisins ou encore que sous l’effet du vent, les branches se balancent et que le frottement avec les branches d’un autre arbre soit responsable de part et d’autre de la disparition des bourgeons extérieurs.

D’autres raisons sont avancées comme la volonté de limiter la prolifération des insectes et autres parasites ou encore d’optimiser le processus de synthèse en permettant une exposition au soleil idéale de la cime. Il existe même des espèces qui « refusent » de se mélanger avec d’autres espèces que la leur !

Enfin, si vous souhaitez observer une « timidité des cimes » en France, rendez-vous par exemple du côté du cap d’Antibes et observez les pins parasols, une information donnée par le botaniste Francis Hallé.

Crédits : Wikipedia