in

Après les insectes, vous laisseriez-vous tenter par ces chips de méduse ?

Crédits : Pixabay, DR

Saviez-vous que la méduse est un met de choix inclus dans diverses recettes traditionnelles en Asie ? En Europe, nous ne faisons que peu de cas de cet invertébré sauf dans le cas de piqûres reçues lors d’une baignade dans la mer ou l’océan. Et pourtant, des chercheurs du Danemark espèrent imposer leurs chips de méduse sur le marché européen !

En Europe, il existe déjà quelques aliments alternatifs issus de pratiques culinaires asiatiques telles que les insectes déclinés sous plusieurs variétés. Il est vrai que d’un point de vue nutritif, cela pourrait représenter une vraie alternative à la consommation de viande, par ailleurs très néfaste pour l’environnement. Dernièrement, des chips de méduse ont été créées par une équipe de chercheurs de l’Université du Danemark du Sud menée par la gastro-physicienne Mie Thorbort Pedersen. Et pourquoi pas ?

La nouvelle fait état de cette création culinaire incluant le fameux animal visqueux issu du genre cnidaria. Selon les scientifiques, « en Asie, la méduse est considérée comme un met fin et gourmet depuis des milliers d’années, ce qui est aussi surprenant que repoussant pour la majorité des Occidentaux. »

Cependant, avant d’être consommée, la méduse doit passer par un procédé de conservation consistant à tremper cette dernière vivante durant un mois dans un mélange de chlorure de sodium et d’alun de potassium. Ainsi, l’animal perd petit à petit sa contenance en eau et devient croquant. Il faut savoir qu’en Asie, il s’agit d’une véritable industrie de plusieurs centaines de tonnes chaque année !

Crédits : Wikimedia Commons

Les chercheurs danois ont pu arriver à un résultat similaire en quelques jours, et ce grâce à une technique différente : plonger la méduse dans un breuvage constitué d’éthanol à 96 % :

« Au bout de quelques jours, l’alcool remplace l’eau dans la méduse. Et au cours du processus d’évaporation, l’animal devient complètement sec » , explique alors Mie Thorbort Pedersen.

Cette méthode est très rapide et permet surtout de se passer de l’alun de potassium, un produit également utilisé dans le tannage du cuir, ce qui n’inspire pas vraiment confiance lorsqu’intégré à une spécialité culinaire. L’espèce de méduse utilisée par les chercheurs est la Aurelia aurita (commune) et aurait un goût peu prononcé, mais plutôt agréable.

En Europe, la méduse a une connotation négative en raison des piqûres qu’elle peut occasionner, mais également à cause de sa prolifération perturbant de manière invasive certains écosystèmes et représentant une gêne non négligeable pour les pêcheurs. Ainsi, pourquoi ne pas chercher à volontairement réduire leur population en confectionnant ces chips ?

Sources : Science DirectMashableUlyces