in

À partir de quel âge commence-t-on à détester son job ?

Crédits : Pixabay

Vous êtes jeunes et avez peut-être la chance d’aimer votre travail. Vous vous épanouissez et vous vous portez à merveille dans votre quotidien. Redescendez un peu, les résultats d’un sondage estiment que l’on commence à détester son job à partir de 35 ans !

Détester son job, ce n’est pas nouveau et il semblait qu’il n’y avait pas vraiment d’âge pour cela, car il est possible de trouver des travailleurs n’aimant pas leur job depuis le début. En effet, beaucoup de personnes commencent à faire un travail par nécessité financière plutôt que par envie. Cependant, un récent sondage s’intéresse aux gens aimant leur travail et à l’âge auquel ces derniers sont susceptibles de commencer à le détester.

Selon un article de Bloomberg du 22 août 2017 citant un sondage (PDF en anglais/37 pages) du cabinet de ressources humaines britannique Robert Half, les employés ayant une certaine ancienneté ont plus tendance à ne pas aimer leur job contrairement à leurs collègues plus jeunes. Le sondage en question a été réalisé auprès de 2000 salariés au Royaume-Uni.

Les résultats montrent qu’une personne sur six dont l’âge dépasse 35 ans indique être malheureuse dans son travail. En revanche, « seulement » une personne sur dix estime ressentir la même chose chez les moins de 35 ans. Le sondage indique qu’après cet âge, les travailleurs ont généralement atteint une position assez élevée au sein de leur entreprise avec le niveau de stress qui y correspond.

« Il vient un jour où soit vous n’avez pas assez progressé, soit le travail vous a épuisé, soit vous commencez à vous dire que la famille est plus importante. Alors, vous vous demandez : “Pourquoi je fais ça ?”
“, analyse Cary Cooper, chercheur à l’école de commerce de Manchester (Royaume-Uni) ayant participé aux recherches.

Il y a également des personnes qui n’ont pas pu évoluer au même âge, ce qui occasionne aussi un stress, car ces derniers peuvent souffrir d’une éventuelle concurrence avec les plus jeunes au-delà de la déception logique. Les travailleurs plus jeunes sont d’ailleurs plus heureux dans leur job, ayant généralement des attentes moins élevées et n’ayant pas encore eu l’occasion de subir un burn-out, ce mal fréquent caractérisé par un sentiment de fatigue intense, de perte de contrôle ainsi que par une sensation d’incapacité à aboutir à des résultats concrets au travail.

Sources : BloombergSlate