in

Il y a sur Terre une tonne de déchets plastique pour chaque habitant

Crédits : iStock

Plus de 9 milliards de tonnes de plastique ont été produites depuis 1950, tel est le constat fait par une équipe de chercheurs américains. Les trois quarts de cette production ne sont aujourd’hui que des déchets toujours bien présents.

1 820 pyramides de Khéops, 910 000 tours Eiffel ou encore un Himalaya tout entier, c’est à peu de chose près l’équivalent de notre production plastique depuis 1950. Des chercheurs américains ont calculé que 9,1 milliards de tonnes de plastique ont été fabriquées depuis leur diffusion après la Seconde Guerre mondiale. Sur ces montagnes de déchets, deux milliards de tonnes seraient à ce jour encore utilisées et le reste gît sur terre sous forme de déchets soit dans des décharges, soit dans la nature.

« La plupart des plastiques ne sont pas biodégradables, aussi pourraient-ils rester parmi nous durant des centaines d’années », prévient Jenna Jambeck, coauteur de cette étude publiée dans Sciences Advances. Le plastique est un produit « miracle » que vous retrouverez sous votre chaise de bureau, sur votre téléphone, votre clavier d’ordinateur ou sous forme d’emballage comme cette bouteille d’eau probablement posée devant vous. Vous retrouverez le plastique à peu près partout, à n’importe quel moment de la journée, partout dans le monde. L’étude ici présentée est assez alarmiste et prévient que si « les tendances actuelles se poursuivent, plus de 13 milliards de tonnes de matières plastiques seront rejetées dans les décharges ou dans l’environnement d’ici 2050 ».

Les chercheurs notent qu’une bonne partie de ce plastique se retrouve dans les océans, en haute mer, et estimaient en 2010 que les eaux avaient recueilli plus de 8 millions de tonnes de plastique. Les États-Unis semblent accuser un retard considérable sur la Chine et l’Europe dans le recyclage des matières plastiques selon les spécialistes qui lancent un appel à l’humanité pour qu’elle réduise l’utilisation de la matière plastique quand elle ne s’impose pas. « J’espère que les lecteurs auront une idée de l’ampleur de la marée des plastiques et du défi des déchets plastiques auxquels nous sommes confrontés », a déclaré Roland Geyer, coauteur de l’étude. « C’est énorme, et ça s’accélère ».

Source