,

Des proto-hiéroglyphes découverts témoignent de la naissance de l’écriture égyptienne

Crédits : MINISTÈRE DES ANTIQUITÉS ÉGYPTIENNES/UNIVERSITÉYALE

En Égypte, de nouvelles trouvailles viennent bousculer certaines hypothèses d’archéologues. Près du village d’Al-Khawi, à 60 kilomètres au sud de Louxor, des spécialistes de l’université de Yale (États-Unis) viennent de découvrir des protohiéroglyphes, c’est-à-dire une première forme d’écriture datant d’avant l’arrivée des hiéroglyphes.

Des symboles bien plus anciens

C’est une découverte surprenante que les spécialistes estiment datée de 3250 av. J-C, c’est-à-dire 250 ans avec l’ère pharaonique. Les dessins ont été découverts au sommet d’une immense falaise. En effet, on ne peut pas encore parler d’écriture puisque ces inscriptions représentent en fait les premières esquisses de la future écriture des Égyptiens. John Coleman Darnell, chercheur à l’Université de Yale, les qualifie d’ailleurs comment étant « certaines des premières étapes de l’écriture hiéroglyphique ». 

Crédits : Ministère des antiquités égyptiennes/Université de Yale

Des symboles déjà clairs et sophistiqués

Parmi les gravures, on peut notamment apercevoir une tête de taureau, mais aussi une grande cigogne qui deviendra plus tard un véritable hiéroglyphe représentant « la notion égyptienne de ba, la capacité pour un être à se manifester sous différentes formes », confirme l’expert. Un ibis chauve gravé sur la falaise a également été retrouvé et signifiera plus tard la notion de akh, un symbole de vie après la mort. On retrouvera en effet ce symbole parmi les hiéroglyphes dans des représentations du cycle solaire, mais aussi de la luminosité.

Les chercheurs confirment que ces protohiéroglyphes sont déjà très élaborés avec une symbolique très sophistiquée. C’est un moyen pour les égyptologues de mieux comprendre la naissance de cette écriture complexe en retrouvant des symboles similaires qui ont été gravés des centaines d’années avant les hiéroglyphes.

Les chercheurs n’ont donc pas fini d’être surpris par les découvertes sur l’Égypte ancienne qui leur réservent peut-être encore beaucoup d’autres secrets.

Sources : Maxisciences et Sciences et Avenir