,

Les grands carnivores en très mauvaise posture…

Crédits : iStock

Lions, tigres, loups rouges ou encore loups d’Éthiopie ont perdu 90 % de leurs terrains de chasse au cours des 500 dernières années d’après une étude glaçante. Les plus grands carnivores de la planète sont définitivement en (très) mauvaise posture.

Les biologistes Chris Wolf et William Ripple de l’Oregon State University, ont récemment examiné les comptes rendus historiques des grands carnivores et des cartes de leurs terrains de chasse depuis 3 500 ans. Ils ont alors constaté que ces animaux avaient perdu près de 40 % de leur habitat. Sur les 25 espèces analysées, toutes pesant plus de 15 kilogrammes, 15 auraient également perdu plus de la moitié de leurs effectifs. Certaines sont au bord de l’extinction.

Lions, léopards, tigres, pumas et jaguars semblent les plus touchés avec plus de 90 % de leurs effectifs en moins. Il y a cependant quelques exceptions. Certains animaux semblent en effet moins « touchés » par la perte de leur habitat, à l’instar du Lynx eurasien, du dingo australien ou encore de la hyène, en Afrique. Les deux premiers n’auraient perdu que 12 % de leur gamme, tandis que les hyènes rayées, tachetées et brunes n’ont concédé respectivement que 15, 24 et 27 % de leur terrain de chasse. Le loup gris perd quant à lui 26 % de ses terrains et s’adapte aux zones rurales humaines en se rapprochant notamment du bétail.

Chris Thomas, écologiste de l’Université York, au Royaume-Uni, affirme qu’il existe des raisons de rester optimistes quant à l’avenir de ces grands carnivores, soulignant par exemple que loups gris, chiens sauvages et coyotes, qui ont une ascendance commune, pourraient évoluer ensemble dans le but d’étendre leurs effectifs. Certains programmes de réintroduction ont également de bonnes chances de succès, « en particulier lorsque les attitudes et les politiques humaines favorisent leur conservation », note le chercheur.

Mais encore faut-il manœuvrer de manière intelligente. Les plans annoncés la semaine dernière par les autorités anglaises visant à réintroduire le lynx eurasien dans le nord du pays en sont un parfait exemple. « De tous les grands carnivores », dit-il, « le lynx eurasien est celui qui a le moins besoin d’aide ».

Source