in

Les enfants qui dorment moins vieillissent plus rapidement au niveau cellulaire

Crédits : iStock

Les enfants qui dorment moins que les neuf à onze heures par nuit recommandées montrent des signes de vieillissement plus rapides au niveau cellulaire selon de nouvelles recherches. Les résultats de cette étude ont été publiés dans The Journal of Pediatrics.

Les télomères sont ces bouchons de protection situés aux extrémités des chromosomes et sont essentiels à la stabilité de notre matériel génétique, de nos cellules et de notre corps. Cependant, ceux-ci raccourcissent au fil des divisions cellulaires et au fur et à mesure du vieillissement. Certaines études chez les adultes ont suggéré que le sommeil pourrait être lié à la longueur des télomères. Pour savoir si c’est aussi le cas chez les enfants, Sarah James  et Daniel Notterman, de l’Université de Princeton, ont examiné les télomères de 1 567 enfants tous âgés de 9 ans. Ils ont alors constaté que ceux-ci étaient en moyenne 1,5 % plus courts pour chaque heure de sommeil en moins.

« Cette constatation est cohérente avec une littérature plus large indiquant que la durée de sommeil sous-optimale est un risque d’augmentation du stress physiologique et de troubles de la santé », écrivent les chercheurs. Aucune différence dans la longueur des télomères n’a par ailleurs été décelée en fonction de la race, du sexe ou du statut socio-économique des enfants.

Une partie du rôle des télomères est de protéger notre code ADN et d’aider les cellules à se diviser. Ces capsules chromosomiques sont plus courtes à chaque fois que les cellules se divisent, leur conférant ainsi une durée de vie finie. Une fois qu’ils raccourcissent en deçà d’une longueur critique, les cellules entrent en état de sénescence et meurent. Le raccourcissement des télomères est l’une des causes moléculaires documentées du vieillissement cellulaire et du développement de maladies liées au vieillissement.

Il convient de souligner que cette recherche n’a pas marqué de problèmes médicaux chez les enfants qui ont moins dormi. L’étude ne prédit également pas la façon dont cette longueur de télomères pourrait influencer l’avenir cellulaire des enfants et se base sur des rapports de mères et non sur des mesures directes. Les chercheurs estiment néanmoins que ces résultats « suscitent des inquiétudes » quant à la manière dont ces télomères raccourcis pourraient nuire à la santé des enfants à mesure qu’ils grandissent.

Ainsi le manque de sommeil ne transforma pas votre enfant en un petit être rabougri, mais peut en revanche accélérer son vieillissement cellulaire. Un processus qui pourrait avoir des effets à long terme sur la santé.

Source