, ,

Les coraux exposés aux radiations peuvent-ils nous aider à guérir du cancer ?

Crédits : Lauwrence Livemore Nationale Laboratory

Les coraux exposés aux radiations de l’atoll de bikini se portent bien, merci pour eux. Ironiquement, ils pourraient même constituer une arme de choix pour la lutte contre le cancer.

Plus de 70 ans après les derniers tests atomiques menés par les Américains sur un anneau de sable situé dans l’océan Pacifique nommé l’Atoll de Bikini, des biologistes de Stanford étudient aujourd’hui comment l’exposition aux rayonnements à long terme affecte les coraux qui prospèrent depuis sans développer de cancer. Stephen Palumbi et Elora López ont en effet décidé de percer le secret de cet atoll bien particulier des îles Marshall à mi-chemin entre le Japon et Hawaii, espérant y trouver de nouvelles armes contre le cancer.

C’est ici même qu’eut lieu il y a plusieurs décennies l’essai de la bombe H la plus puissante jamais testée par les États-Unis. L’énergie de l’explosion aurait atteint quinze mégatonnes, ce qui représente mille fois plus que chacune des deux bombes atomiques larguées sur le Japon. L’endroit est donc pollué et inaccessible, et pourtant les coraux prospèrent. Les humains et de nombreux autres animaux exposés aux rayonnements développent souvent des mutations d’ADN augmentant ainsi les risques de développement d’un cancer. « La terrible histoire de l’atoll de bikini est un cadre ironique pour la recherche qui pourrait aider les gens à vivre plus longtemps », explique Stephen Palumbi. « Il nous faut comprendre la génétique de ces coraux pour comprendre comment ceux-ci peuvent survivre à de telles radiations ».

Les chercheurs prévoient également d’étudier l’écosystème dans son ensemble, ciblant notamment les crabes qui mangent des noix de coco emplies d’un isotope radioactif provenant des eaux souterraines. Comment les crabes survivent-ils, grandissent-ils et se reproduisent-ils avec un tel fardeau de radioactivité ? Pour répondre à toutes ces questions, les chercheurs compareront leurs échantillons avec ceux recueillis sur ce même atoll par les chercheurs du Smithsonian Institution avant les essais atomiques.

Source