,

Sans le savoir, 22 000 personnes ont accepté de nettoyer les toilettes publics en acceptant les conditions d’utilisation d’un Wi-Fi

Crédits : iStock

Pour sensibiliser les utilisateurs d’internet aux conditions d’utilisations des différents services disponibles, une entreprise a piégé des milliers de personnes en les faisant accepter des conditions d’utilisation d’un Wi-Fi les contraignant à nettoyer les WC publics, entre autres.

Purple, le fournisseur britannique de Wi-Fi public (et gratuit) a voulu faire une plaisanterie en faisant accepter de douteuses conditions d’utilisation au moment de souscrire au service. Le fait est que 22 000 personnes ont donné leur accord pour effectuer 1000 heures de travaux pour la communauté afin d’accéder au Wi-Fi.

Évidemment, les utilisateurs n’y ont vu que du feu, ce qui traduit bien une tendance qui a peut être toujours existé : peu de personnes lisent réellement les conditions d’utilisation, quelle que soit la nature du produit. Dans le cas du Wi-Fi public britannique, Purple avait inséré une « une clause de services à la communauté », des services d’ailleurs assez farfelus puisqu’au delà du nettoyage des sanitaires, il s’agissait de donner son accord pour caresser des chats, peindre des coquilles d’escargot, ou encore nettoyer les déjections canines présentes dans les parcs (voir clause ci-dessous).

« L’utilisateur pourrait devoir, avec la réserve de Purple, effectuer 1 000 heures de services pour la communauté qui pourraient inclure les tâches suivantes. Nettoyer les déjections animales dans des parcs. Faire des câlins à des chats et chiens errants. Retirer manuellement ce qui bouche les égouts. Nettoyer des cabines de toilettes mobiles dans des festivals et des évènements. Peindre des coquilles d’escargot pour améliorer leur existence. Décoller les chewing-gum des trottoirs. »

La blague a tout de même duré deux bonnes semaines avant qu’un utilisateur se rende compte de la supercherie. Il faut savoir que Purple a fait cette blague non pas par hasard, mais dans le cadre d’une opération communication destinée à montrer au public son consentement au General Data Protection Regulation (GDPR). Il s’agit d’une nouvelle loi qui entrera dans le droit britannique en mai 2018, stipulant qu’une nouvelle clause devra demander l’accord du consommateur afin que ses données puissent être récupérées à des fins commerciales.

Gavin Wheeldon, PDG de Purple, a faire une déclaration dans un communiqué :

« Les utilisateurs de Wi-Fi doivent lire les conditions générales d’utilisation auxquelles ils consentent en accédant au réseau. À quoi ils acceptent, combien de données ils partagent, et quelle licence donnent-ils aux fournisseurs ? Notre expérience montre qu’il est plus que facile de cocher une case et de consentir à quelque chose d’injuste. »

Sources : MashablePaperGeek