,

Voici la vérité sur les « piqûres » d’araignées !

Crédits : iStock

Les araignées représentent une phobie pour un grand nombre de personnes en raison de leur apparence et de leur venin plus ou moins douloureux, voire mortel. Cependant, ne nous méprenons pas, car les piqûres d’araignée, cela n’existe pas !

Constituant la plus grande partie de la classe des arachnides, les araignées sont apparues sur Terre il y a environ 305 millions d’années. Il en existe 46 000 espèces dans le monde, dont 1600 en France. Pourvues de huit pattes, d’un abdomen et d’un céphalothorax, les araignées sont dans leur majorité carnivores et sont également dotées d’une glande à venin qui se trouve directement liée avec leurs crochets.

Chasseuses hors pair, les araignées sont capables de tisser de larges toiles et donc de piéger de nombreuses proies. Contrairement à ce qui était cru durant des années, elles ne sont pas seulement solitaires et peuvent parfois se réunir au sein de colonies sociales temporaires ou définitives. Ainsi, elles peuvent survivre ensemble, se protéger mutuellement et tisser des toiles en commun.

Dans notre pays, une seule araignée est considérée comme étant dangereuse, à savoir la veuve noire vivant en Corse et sur le littoral méditerranéen. Malgré la dangerosité de certaines araignées, il s’avère que les piqûres ne sont qu’un mythe. En effet, les araignées ne sont pas pourvues d’organes « piqueurs ».

Crédits : Pixabay

Celles-ci sont simplement dotées, comme dit plus haut, de crochets et d’une glande à venin, ce qui amène à simplement parler de morsure. En revanche, il ne s’agit pas d’un moyen d’attaque ni de défense d’ailleurs puisqu’il est simplement question de se nourrir (immobilisation et prédigestion des proies). De plus, la plupart des araignées sont incapables de transpercer la peau humaine et les cas de morsures avérés sont très rares.

Enfin, lorsqu’une araignée se trouve sur un humain, celle-ci agira comme si elle se trouvait sur un animal ou tout autre support sur lequel elle ne fait que transiter. Ce manque de perception dans ce cas est relatif au fait que les sens les plus développés chez l’araignée sont le toucher et l’odorat plutôt que la vue.

Sources : Défi ÉcologiqueNotre Planète Info