,

Un Hyperloop va-t-il voir le jour entre Amsterdam et Paris d’ici 2021 ?

Crédits : Hardt Global Mobility

Une jeune entreprise néerlandaise présentait ce jeudi la première installation expérimentale Hyperloop d’Europe. C’est un projet de transport à très grande vitesse dont elle souhaite commencer la construction complète d’ici quatre ans. Premier objectif : une ligne Amsterdam — Paris.

Lancé en 2013 par le génial Elon Musk, le projet Hyperloop est toujours en phase de test et de perfectionnement. Ce train hypersonique prévu pour se déplacer sur des rails par conduction magnétique devrait atteindre une vitesse maximale de 1200 km/h et pourrait ainsi connecter les principales villes du monde entier. Le projet le plus abouti est à ce jour celui d’une ligne située en Europe de l’Est reliant les villes de Prague, Brno et Bratislava. Mais les Pays-Bas pourraient bien être de la partie. Une jeune entreprise dévoilait en effet ce jeudi un centre de test à grande échelle.

Révélée par Hardt, une entreprise née d’un groupe d’étudiants de l’Université de technologies de Delft, à l’ouest des Pays-Bas, vainqueurs de la compétition mondiale organisée par le milliardaire Elon Musk, l’installation se présente sous la forme d’un tube long de 30 mètres pour un diamètre de 3,2 mètres. Il s’agit là d’une première étape vers le développement de ce tout nouveau moyen de transport à (très) grande vitesse pour un pays qui compte bien figurer pour devenir une véritable plaque tournante du transport en Europe.

« Un réseau Hyperloop en Europe signifierait que les gens pourraient voyager à travers un continent entier avec la même facilité que le déplacement en métro offre actuellement dans les grandes villes », a souligné l’AFP Tim Houter, directeur exécutif de Hardt. « De plus, ce système de transport futuriste ne ferait pas d’arrêt intermédiaire entre deux destinations », a-t-il précisé. « Nous sommes en train de créer un monde où la distance n’a plus d’importance ».

Ce premier équipement expérimental permettra notamment de réaliser des tests à basse vitesse, puis à très grande vitesse. Les virages et les changements de voies à l’intérieur du tube seront également mis à l’étude. « Une fois les technologies vérifiées, la construction d’une liaison entre deux villes pour transporter des personnes et des biens pourra commencer », a expliqué M. Houter qui souligne l’arrivée d’une première ligne entre Amsterdam et Paris d’ici 2021. « Une fois le premier itinéraire en place, d’autres trajets suivront rapidement jusqu’à ce qu’il y en ait partout en Europe », a-t-il ajouté.

Outre les sites européens mentionnés, notons que d’autres projets Hyperloop sont d’ores et déjà en cours au Canada, à Los Angeles et à Dubaï.

Source