in

Elon Musk vient de publier ses plans pour coloniser Mars

Crédits : National Geographic

En septembre dernier, Elon Musk dévoilait son plan pour envoyer une centaine de personnes sur Mars d’ici 2023. L’architecture de son projet nous était présentée en sept étapes du décollage du lanceur au retour vers la Terre. Aujourd’hui le plan s’est affiné. Le PDG de SpaceX vient de publier de nouveaux détails de son projet en ligne pour tous les lecteurs.

Elon Musk publiait il y a quelques jours un texte dans le journal New Space intitulé « Making Humanity a Multi-Planetary Species » (Faire de l’humanité une espèce multiplanétaire) qui décrit ses plans pour faire du vol spatial de plusieurs mois une expérience confortable et agréable. Dans ce commentaire de quinze pages, Musk imagine alors son voyage spatial de plusieurs mois vers la planète rouge comme une croisière avec ses restaurants et ses activités proposées sur le pont du bateau : » Le compartiment de l’équipage comme le compartiment des passagers seront réglés pour pouvoir jouer à des jeux en apesanteur, pour flotter librement« , peut-on lire. « Il y aura des films, des salles de lecture et un restaurant. Ce sera vraiment sympa d’y aller. Vous allez passer un super moment ! »

Elon Musk est honnête et reconnait volontiers ne pas encore savoir comment financer ce programme d’au moins dix milliards de dollars. C’est pourquoi il joue la carte de la séduction, le but étant d’attirer le chaland capable de s’offrir un tel voyage. Parallèlement le milliardaire compte bien réduire les coûts de ces vols spatiaux pour qu’un tel voyage coûte un jour « autant que l’achat d’une maison ». Il suggère pour cela de réduire le coût de l’achèvement pour passer d’un voyage à dix milliards de dollars US par personne à un prix abordable de 200 000 $ US.

Crédits : National Geographic

Concernant le transport des premiers explorateurs, Elon Musk expliquait il y a quelques mois que l’élément de base serait un lanceur géant trois fois plus lourd que la plus grosse fusée jamais envoyée dans l’espace (la Saturn V des missions Apollo). Ce nouveau lanceur serait construit en fibre de carbone pour plus de légèreté et serait propulsé par de nouveaux moteurs Raptor trois fois plus puissants que les actuels moteurs Merlin du Falcon 9 de SpaceX, mais de même taille. Pas moins de 42 moteurs seront nécessaires, installés au bas de la fusée, pour soulever les 10 500 tonnes du vaisseau de 12 mètres de haut au décollage avec au sommet, la cabine chargée de véhiculer les passagers qui partira sans carburant et restera en orbite autour de la Terre le temps que ses réservoirs soient remplis par des « tankers » lancés par la même fusée lourde.

Alors que Musk est prudent quant à la communication d’un calendrier bien précis, il décrit ici un plan de jeu provisoire qui pourrait voir les premiers vols vers Mars partir d’ici 2023 si tout se passe bien. L’entreprise prévoit aussi d’envoyer des missions robotiques sur Mars dès 2020 pour y effectuer des expériences scientifiques et prouver l’efficacité de la technologie nécessaire pour y atterrir. Ensuite, dans les cinq à dix décennies suivantes, une série de missions réutilisant des équipements anciens pourraient porter le nombre de colons s’installant sur Mars et créant un nouveau monde à un million.

Source