in

Capturer un astéroïde et en faire une mini-lune : le projet fou de la NASA ne se fera pas

Crédits : Nasa

L’agence spatiale américaine préparait d’ici 2020 la capture et la mise sur orbite lunaire de l’un des géocroiseurs qui s’approchent régulièrement de la Terre. Le projet ne se fera finalement pas pour cause de coupe budgétaire.

Envoyer une sonde à la recherche d’un astéroïde géocroiseur, le capturer et le tirer dans la direction désirée jusqu’à ce qu’il soit dans la bonne position pour se mettre en orbite autour de la Lune, telle était la « mission astéroïde » que la NASA préparait pour les années 2020. L’objectif était double : l’astéroïde capturé aurait pu représenter une première étape vers la conquête de Mars par l’agence spatiale américaine. En envoyant des astronautes à sa surface, la NASA pouvait en effet y tester des technologies et systèmes de propulsion qui serviront ensuite pour aller sur la planète rouge.
La mission aurait également été un bon moyen de tester et développer des protections contre les objets géocroiseurs qui menaceraient directement la Terre.

Malheureusement, suite au manque de soutien au Congrès, la NASA entre aujourd’hui officiellement dans une phase de « suppression ordonnée » de sa Mission de redirection d’astéroïdes (ARM). Le dernier remaniement budgétaire de l’agence spatiale a en effet mis un terme aux efforts menés depuis quelques années par les équipes de la NASA. Michele Gates, directrice du programme de mission, annonçait la nouvelle il y a quelques heures lors de la réunion annuelle du Groupe d’évaluation des petits corps de la NASA (SBAG), saluant au passage « l’excellente collaboration entre toutes les équipes impliquées dans les premières étapes de la mission ».

Cela ne signifie en revanche pas que le travail acharné des équipes qui travaillent déjà sur ARM sera perdu. Les chercheurs ont en effet expliqué qu’ils ont pris soin de documenter leurs efforts afin que le travail des six dernières années de travail ne soit pas perdu. Certains des développements en cours de la mission se poursuivront, les ingénieurs travaillant notamment sur un système de propulsion solaire électrique qui pourrait être utilisé pour d’autres projets de la NASA.

Source : NASA