,

Des physiciens observent pour la première fois les signes d’un « pont » magnétique entre deux galaxies

Crédits : ESA/Planck

Des chercheurs annoncent avoir pour la première fois détecté les signes d’un champ magnétique associé au vaste « pont » intergalactique qui relie nos deux voisins galactiques les plus proches.

Ce pont magellanique (comme le nomment les astronomes) est un énorme courant de gaz neutre (hydrogène atomique neutre, c’est-à-dire non ionisé) qui s’étend sur environ 75 000 années-lumière entre les deux nuages de Magellan, galaxies satellites de la Voie lactée. Bien que ce courant soit effectivement déjà connu, c’est néanmoins la première observation de son champ magnétique. Cela permet aux chercheurs de comprendre le mécanisme exact de formation de ce courant toujours incertain.

Visibles dans le ciel nocturne du sud, les nuages de Magellan (petit et grand) sont des galaxies naines qui orbitent autour de notre galaxie, se situant respectivement à une distance de 160 000 et 200 000 années-lumière de la Terre. En 1965, des astronomes publiaient la découverte d’un nuage de gaz neutre à vitesse anormale dans la région de ces nuages. Si depuis les chercheurs ont conscience de son existence, ils ne comprennent pas avec certitude son mécanisme de formation. La détection d’un champ magnétique pourrait en revanche tout changer. « Nous avions des indices suggérant que ce champ magnétique pouvait exister, mais personne ne l’avait observé jusqu’à maintenant », a déclaré Jane Kaczmarek, chercheuse à l’Université de Sydney et principale auteure de cette étude.

De tels champs magnétiques cosmiques ne peuvent être détectés qu’indirectement. Ils furent ici détectés en observant les signaux radio de centaines de galaxies très éloignées qui se situent au-delà des deux nuages. « Ces émissions radio de galaxies lointaines ont servi en quelque sorte de “lampes de poche” de fond qui brillait à travers le pont », explique la chercheuse. « Son champ magnétique change alors la polarisation du signal radio et la façon dont la lumière est polarisée nous donne des informations sur le champ magnétique intervenant ».

L’observation du champ magnétique peut notamment indiquer si celui-ci fut généré à l’intérieur du pont après la formation de la structure ou bien « déchiré » alors que les deux galaxies naines interagissaient en pleine formation. « En général, nous ne savons pas comment de tels champs magnétiques sont générés ni comment ces champs magnétiques à grande échelle affectent la formation et l’évolution des galaxies », explique la chercheuse. « Les Nuages de Magellan sont nos voisins les plus proches, alors comprendre comment ils évoluent peut nous aider à comprendre comment notre galaxie a elle-même évolué ».

Comprendre le rôle que jouent les champs magnétiques dans l’évolution des galaxies et leur environnement est effectivement une question fondamentale en astronomie à laquelle de nombreux chercheurs tentent de trouver des réponses. Cette étude fait notamment partie d’un projet plus vaste qui destine à cartographier le magnétisme de l’univers tout entier. Non seulement les galaxies entières sont magnétiques, mais les ponts qui les relient sont également magnétiques. En fait, tout est magnétique.

Source