,

Comment ce cousin de l’Homme pourrait transformer notre compréhension de l’évolution humaine

Crédits : John Hawks/University of the Witwatersrand

Une étude récente confirme que Homo naledi était bien présent en Afrique du Sud il y a entre 236 000 et 335 000 ans. Il pourrait donc avoir côtoyé l’Homme moderne qui serait apparu il y a 200 000 ans.

La découverte d’Homo naledi il y a quelques années avait été énormément médiatisée. La publication d’une nouvelle espèce d’hominidé est toujours un événement, certes, mais Homo naledi n’avait pourtant pas été daté à l’époque, engendrant alors des commentaires lapidaires sur le bien-fondé de cette étude. La datation est en effet primordiale pour connaître la place de cette nouvelle espèce dans l’arbre généalogique de la lignée humaine. C’est désormais chose faite. De nouveaux travaux suggèrent que ces cousins très éloignés ont vécu en Afrique il y a 200 000 à 300 000 ans, en même temps que les premiers hommes modernes.

Crâne d’Homo naledi. Crédit : John Hawks / University of the Witwatersrand

Certains aspects d’Homo naledi semblaient en effet modernes, presque humains, mais leur cerveau était aussi petit que celui d’un gorille, suggérant que Homo naledi était incroyablement primitif. Les chercheurs estimaient alors son âge à environ un million d’années, mais ce n’étaient que des suppositions. L’espèce restait une énigme, mais ce n’est désormais plus le cas, au point de transformer notre compréhension de l’évolution humaine en Afrique. Des cas de cohabitation entre espèces ont déjà été identifiés. En Europe par exemple, l’homme de Neandertal a croisé la route des Homo sapiens que nous sommes avant de s’éteindre il y a 30 000 ans. Mais ce scénario n’avait jamais été avancé pour l’Afrique.

« Nous pensions que l’histoire était simple : que vous aviez une lignée qui progressivement devenait de plus en plus humaine avec un cerveau de plus en plus gros et un comportement de plus en plus sophistiqué », explique le paléontologue John Hawks, membre de l’équipe. « Maintenant il faut se poser de sérieuses questions : quels sont les hominidés responsables des sites archéologiques de cette époque que nous avons découverts ? Nous devons nous demander si ces différentes populations d’hominidés ont pu interagir et quel a été leur rôle dans nos origines ? », se demande le chercheur.

Nos ancêtres étaient beaucoup plus résilients et beaucoup plus variés que ce que nous pensions. L’évolution humaine buissonnante serait donc encore plus fournie. « Nous ne sommes pas le summum de tout ce qui s’est passé dans le passé. Nous sommes tout simplement ce qui a survécu », a déclaré Susan Anton, paléoanthropologue à l’Université de New York qui n’était pas impliquée dans la recherche.

Rappelons que les squelettes d’Homo naledi originaux (1 500 os appartenant à au moins 15 individus) ont été découverts en 2013 dans le système des grottes Rising Star, des cavernes de calcaires tordues et ramifiées classées au Patrimoine mondial et également connues comme « le berceau de l’humanité ». Il s’agit également du plus grand échantillon de fossiles hominidés jamais exhumés en Afrique.