, ,

Des scientifiques veulent répertorier les odeurs du passé pour les préserver

iStock

De nombreuses personnes aiment à s’attarder sur les odeurs anciennes, la plus récurrente étant celle des livres anciens qui rappelle le chocolat pour beaucoup. Ainsi, deux scientifiques britanniques cherchent à répertorier les odeurs du passé dans le but de les préserver.

Dans une étude publiée récemment dans la revue Heritage Science, des chercheurs de l’Institut de l’héritage durable de l’University College of London expliquent avoir examiné l’odeur de livres et de librairies, mettant en place un système de classification qui pourrait aider à caractériser les parfums du passé et peut-être diagnostiquer la détérioration des livres avant que les dommages ne soient irréparables.

Cette idée est venue il y a quelques années au chimiste Matija Strlič lorsqu’il remarquait que les personnes qui travaillaient dans la conservation d’anciennes œuvres s’arrêtaient toujours pour sentir les pages des livres qu’ils traitaient. Lorsqu’il leur a demandé pourquoi, ils ont répondu qu’ils pouvaient en apprendre beaucoup sur les matériaux utilisés uniquement par l’odeur. Le chimiste, également formé à la conservation, a alors commencé à chercher un moyen de quantifier ces odeurs.

« J’ai pensé que nous pouvions développer des techniques scientifiques plus précises que le nez humain », déclare Matija Strlič relayé par le Guardian. Les matériaux tels que des livres libèrent souvent de petites quantités de composés organiques volatils (COV) dans l’air. Nos nez ramassent les signatures chimiques de ces composés et notre cerveau les interprète en odeurs.

Après avoir pris un échantillon et l’avoir analysé à travers un spectromètre chromatographe, Strlič et sa collègue ont pu détecter des variations minuscules dans les compositions chimiques des livres anciens et identifier les composantes clé de l’odeur de ces livres. 

National Trust/James Dobson

Avec sa collègue Cécilia Bembibre, ils ont alors commencé à chercher non seulement les traces chimiques des livres, mais aussi comment les odeurs affectent les personnes qui les sentent. « Les odeurs nous aident à nous relier à l’histoire de manière plus humaine », explique Cécilia Bembibre, étudiante en doctorat de l’University College of London qui travaille sur ce projet avec le chimiste Matija Strlic.

Les deux scientifiques ont mis en place une expérience où les visiteurs du Birmingham Museum and Art Gallery ont participé à un test de reconnaissance des odeurs. C’est là que la grande majorité des 79 personnes interrogées sur livres anciens les ont identifiés comme dégageant une odeur proche du chocolat. « Nous avons tendance à utiliser des associations familières pour décrire les odeurs qui sont non marquées », explique la scientifique. De plus, les COV du chocolat et du café sont très similaires à ceux des livres anciens.

Les chercheurs espèrent que cela peut montrer aux personnes qui travaillent dans la conservation et le travail historique comment l’odeur pourrait contribuer à l’expérience d’un visiteur. L’objectif de leurs recherches est désormais d’identifier les odeurs qui ont une « valeur culturelle » ainsi que de trouver « les façons de les répertorier et, espérons, de les préserver ».