, ,

Russie : découverte d’une petite « Venus des steppes »

Une magnifique Vénus datant du paléolithique a été récemment découverte dans la région de Briansk, non loin de la frontière avec la Biélorussie. Sa taille réduite n’enlève rien à son charme.

Cette Vénus a été exhumée par les experts du Département d’archéologie paléolithique de l’Institut d’archéologie et d’ethnographie de Moscou. Taillée dans de l’ivoire de mammouth, la statuette datée à -23 000 ans ne mesure que cinq centimètres de hauteur. Malgré sa taille, celle-ci répond parfaitement aux standards de ce type de représentation : une poitrine généreuse et des fesses au volume conséquent que le Siberian Times du 17 avril 2017 n’hésite pas à comparer à celles de Kim Kardashian.

(Crédits image : Institute of Archeology and Ethnography)

La trouvaille a été faite sur un site archéologique nommé Khotylyovo-2 et fouillé depuis 1993. L’archéologue Konstantin Gavrilov explique avoir vu la figurine posée sur le sol non loin d’ossements de mammouth comportant encore de fines traces de pigments minéraux. Cependant, une statuette du même type aurait également été retrouvée dans la région du lac Baïkal, près de la rivière Angara.

Mesurant généralement entre 4 et 25 cm de haut, les Vénus sont des statuettes très appréciées des archéologues. Il existe près de 250 Vénus ayant été découvertes dans le monde depuis la fin du XIXe dans le monde entier et elles sont souvent très différentes les unes des autres. La première à avoir été dénichée fut la Vénus impudique en France, en 1864. Les plus anciennes peuvent remonter jusqu’à -35 000 ans comme celle retrouvée en 2008 sur le site d’Hohle Fels en Allemagne.

Les Vénus ont toutes la même particularité (outre les attraits physiques avantageux) : ces statues n’ont pas de pieds ni de socle et ne peuvent donc en aucun cas être posées afin de rester debout. Le rôle et l’utilité que les Vénus auraient suscitent toujours les questionnements et fait encore débat dans le monde de l’archéologie. Enfin, les experts estiment curieux le fait qu’aucune de ces statuettes n’a pour l’instant été retrouvée dans la péninsule Ibérique.

Sources : The Siberian TimesSciences et AvenirNews Network Archaeology