in ,

Quelqu’un se place à côté de vous dans l’urinoir et tout se bloque, pourquoi ?

Crédits iStock

Voici une vraie question existentielle ! Vous entrez dans des toilettes publiques avec une réelle envie d’uriner, mais rien n’y fait, vous repartez sans avoir accompli votre besoin. Seriez-vous atteint de « vessie timide » ?

Il s’agit d’un mal réel ou plutôt d’une phobie. En effet, le syndrome de la « vessie timide », également nommé parurésie dans le jargon médical, touche bien plus de personnes que l’on pense. Cette phobie intervient lorsque nous sommes sur le point d’uriner, mais qu’une ou plusieurs personnes peuvent nous voir ou nous entendre ou encore lorsque l’on imagine être surpris.

Il existe différentes catégoriques de personnes atteintes, mais toutes peuvent tranquillement uriner à leur domicile. Chez certaines personnes, ce syndrome est ponctuel, c’est un peu « des fois ça marche et des fois non ». Pour d’autres, cela peut être passager et disparaître aussi vite que c’est arrivé. Enfin, il y a des individus pour qui cette phobie devient un sérieux problème qui s’aggrave avec le temps. En effet, ceux-ci peuvent être assujettis à des répercussions sociales assez conséquentes.

Ces personnes vont alors éviter les sorties en public, les voyages ou encore changent leurs pratiques relatives au simple fait de boire hors de leur domicile, et ce, pour ne pas avoir envie d’uriner. Parfois, ces individus ne peuvent pas faire autrement et sont capables de faire des centaines de mètres en forêt ou en plein champ pour « être tranquille ». Dans l’avion par contre, le calvaire prend une autre forme, celui d’une attente interminable synonyme de souffrance.

Le magazine MotherBoard a interrogé Steven Soifer, professeur d’action sociale à l’Université de Memphis (États-Unis) et directeur de l’International Paruresis Association (IPA). Cet expert conseille les personnes qui vivent mal cette phobie et tente de les aider.

« Quand on parle de parurésie, on s’entend souvent répondre des trucs du genre “Porte tes couilles”, on se fait traiter de tarlouze. La plupart des gens ne comprennent pas. Alors qu’en fait, ça arrive à beaucoup de personnes, au moins une fois. Concrètement, si vous ne pouvez pas voir ou entendre l’autre, même s’il est là, ça ne vous dérange pas. Les études le montrent : plus la personne est proche de vous, plus il est difficile d’uriner. »

Quelques détails pêle-mêle sur la parurésie

Les hommes sont bien plus atteints que les femmes, sûrement parce que celles-ci ne se confrontent pas aux urinoirs. Cette phobie se développe souvent dès l’adolescence et peut continuer jusqu’à la mort puisque certains évitent les toilettes publiques toute leur vie. De plus, la difficulté d’uriner est proportionnelle à la distance séparant la personne d’un autre individu.

Officiellement, les hommes seraient atteints à raison de 1 à 25 %, une fourchette bien trop large pour Steven Soifer qui estime ce nombre à 7 %. Rapporté à la population française, ce rapport donne un résultat assez incroyable : cela représente un chiffre de 4,6 millions de Français, soit deux fois la population de Paris. Et vous, en faites-vous partie ?

Sources : MotherBoardAllodocteurs