,

Peut-on affronter la fin du monde sereinement ?

Crédits : iStock

Que ce soit dans la littérature, le cinéma et les jeux vidéo, la fin de monde fait fantasmer de nombreuses personnes tandis que des scientifiques tentent de l’anticiper. Un chercheur français indépendant désire sonner l’alarme et informer les nouvelles générations de l’état actuel du monde.

Le fait est que les supports littéraires et audiovisuels dépeignent souvent une vision de l’avenir basée sur un lent déclin projetant le lecteur ou spectateur dans un lointain futur souvent abstrait, comme dans le film Interstellar. D’autres préfèrent établir un point de non-retour qui, une fois dépassé, sonne subitement la fin de l’humanité, une position prise par l’auteur Cormac Mac Carthy.

Les politiques évoquent sans cesse le mot crise (sociale, humanitaire, diplomatique ou encore écologique), un mot rassurant, car suggérant l’idée d’un après. Cependant, le chercheur français indépendant et transdisciplinaire Pablo Servigne préfère évoquer le terme effondrement.

Cette notion plus menaçante évoquant également un processus lent est néanmoins utilisée par le chercheur de manière à prédire une fin plus proche. Preuve en est l’ouvrage Comment tout peut s’effondrer : petit manuel de collapsologie à l’usage des générations présentes. Ce livre publié en 2015 a été écrit avec Raphaël Stevens, un autre chercheur indépendant spécialisé dans les études prospectives, les sciences de la complexité ainsi que la modélisation qualitative.

Aborder la fin du monde sereinement, voici le but de l’ouvrage en question traitant de « collapsologie », notion expliquée par Pablo Servigne :

« Les collapsologues étudient l’effondrement des civilisations, et en particulier les signes d’effondrement de notre civilisation thermo-industrielle (celle qui est basée sur la consommation d’énergies fossiles).

Nous passons au crible les dernières publications scientifiques ainsi que les enquêtes de journalistes, en prenant soin d’avoir une vision complexe du monde et une approche transdisciplinaire (climatologie, écologie, géologie, histoire, psychologie, sociologie, économie, etc.). »

Pablo Servigne a été interviewé par le magazine i-D dans un article de 13 avril 2017. L’intéressé explique pourquoi le terme effondrement est utilisé ou encore les raisons lui laissant penser qu’après un effondrement de l’humanité, une renaissance peut apparaître. Le chercheur indique également la façon dont il voit les choses s’effondrer et donne quelques exemples de civilisations pour qui cela a déjà été le cas durant l’histoire (Empire romain ou maya). Pablo Servigne dit également ce qu’il pense des actuels dirigeants climato-sceptiques et explique pourquoi il s’adresse aux nouvelles générations.

Lire l’interview complète de Pablo Servigne sur i-D

Sources : i-DArrêt sur Images