,

Insolite : ce jeu vidéo va vous rendre fou !

(Crédit image : Antoine Zanuttini)

Il s’agit d’un superbe hommage au dessinateur néerlandais du XXe siècle Maurits Cornelis Escher, connu pour ses gravures sur bois et autres lithographies inspirées des mathématiques. À l’image des créations de cet artiste, ce jeu vous emmène au royaume de l’infini et des constructions impossibles !

Fragments of Euclid est disponible en téléchargement gratuit. Ce jeu à la première personne va peut-être vous rendre dingue ou tout simplement vous donner la nausée avec sa grande pièce aux murs vides, un décor ultra basique dans lequel votre regard se perd avant de tomber sur un escalier presque caché dans la pénombre.

Après quelques marches, vous tombez sur un palier vous obligeant à tourner à gauche. Vous continuez jusqu’au prochain palier, gravissant les marches jusqu’au suivant tandis que l’opération se répète pendant un certain temps avant de que vous vous rendiez compte de la supercherie. Il s’agit d’une boucle dont il est impossible de sortir !

Cette description reflète exactement le but du jeu : vous exaspérer et faire ressortir la folie qui est en vous à travers d’incroyables décors inspirés des créations du défunt Maurits Cornelis Escher, ces dernières étant aussi absurdes que géniales.

Mis au point par le programmeur Antoine Zanuttini, le jeu Fragments of Euclid propose de vous fondre dans un tel décor à la recherche de boîtes lumineuses violettes qu’il vous faudra déplacer dans le but de débloquer de nouvelles zones à arpenter. Attention, les fonds animés, la folle architecture ainsi que les récurrents renversements de perspectives pourraient vous faire avoir des haut-le-cœur !

Les mondes imaginaires du dessinateur néerlandais avaient déjà par le passé inspiré des créateurs et parmi eux, des concepteurs de jeux vidéo. Quelques exemples de ces jeux peuvent être cités : Echochrome (Playstation 3) ou encore Monument Valley et Hocus (smartphone / Android).

Voici le trailer de Fragments of Euclid :

Sources : DesignBoomCreatorsGamekult