,

Encelade, la lune de Saturne peut-elle vraiment abriter la vie ?

Nasa

Il y a quelques jours, la NASA a annoncé la détection d’hydrogène dans les panaches de gaz et de glace éjectés des profondeurs d’Encelade, sixième lune de Saturne par la taille. La présence d’hydrogène s’explique par l’existence d’une activité géothermique sous-marine. Mais est-ce forcément synonyme de vie ?

La NASA tenait jeudi dernier une conférence de presse à Pasadena, en Californie, durant laquelle l’agence spatiale américaine a révélé avoir découvert de l’hydrogène dans les geysers à la surface d’Encelade, l’un des satellites de Saturne, qui présente des conditions propices à l’établissement de la vie. Il pourrait donc y avoir de la vie ailleurs que sur la Terre au sein même de notre propre système solaire à quelque 1,4 milliard de kilomètres seulement. Mais avant de jubiler, il est nécessaire de faire le point.

En « sniffant » les panaches de gaz et de glace s’échappant de la croûte glacée d’Encelade en octobre 2015, le spectromètre de bord INMS (Ion and Neutral Mass Spectrometer [INMS], a donc détecté de l’hydrogène moléculaire, l’élément le plus abondant de l’univers. Or, l’hydrogène étant extrêmement léger, il est très difficile de le retenir. Saturne et Jupiter, très massives, y arrivent très bien. En revanche c’est beaucoup plus compliqué, pour ne pas dire impossible, pour Encelade [comme pour la Terre, d’ailleurs]. Puisqu’Encelade est trop petite pour retenir l’hydrogène, celui détecté par Cassini doit donc être produit en permanence, probablement par de l’hydrothermalisme.

Nasa

Cette découverte suggère donc que sur le plancher de l’océan sous-glaciaire d’Encelade, l’eau et la roche interagissent via des cheminées hydrothermales comme sur Terre à l’époque où les premières formes de vie sont apparues. L’hydrogène produit réagit ensuite avec le CO2 dissous dans l’eau, formant du méthane. Or, le méthane est une source d’énergie pour les organismes terrestres dits méthanogènes. Faut-il pour autant en conclure qu’Encelade est habitable ? Oui et non. Disons que les conditions sont propices à la vie, mais ça ne signifie en aucun cas qu’Encelade est habité.

Rappelons que la vie telle que nous la connaissons requiert trois principaux éléments : de l’eau liquide, une source d’énergie pour le métabolisme des organismes et des ingrédients chimiques, en particulier le carbone, l’hydrogène, l’azote, l’oxygène, le phosphore et le soufre. Jusqu’ici, les chercheurs n’ont pas encore découvert de phosphore, un élément très difficile à produire. Et sans phosphore, il n’y a pas de vivant.

Source