in

La dernière piste d’essai d’Hyperloop One est fin prête !

La société Hyperloop One a confirmé la finalisation d’une piste d’essai de 500 mètres de long, dont la construction avait été entreprise aux États-Unis, dans le désert du Nevada. Celle-ci a pour but de mener de nouveaux tests en ce qui concerne ce moyen de transport du futur.

Cette fameuse piste portant le nom de DevLoop et dont les travaux ont débuté en octobre 2016 est désormais achevée. Longue d’un demi-kilomètre, celle-ci a pour but d’entamer de nombreux tests relatifs à un prototype d’Hyperloop à taille réelle. Propulsion à sustentation magnétique et mise sous vide des tubes sont au programme.

L’an dernier, Hyperloop One avait déjà montré le sérieux du projet en faisait la démonstration d’une partie de son système de propulsion à l’aide d’une sorte de traîneau fixé sur des patins métalliques et circulant à l’air libre. Avec cette nouvelle piste, il s’agit d’entrer dans le développement de l’ensemble de ce dispositif qui devrait être finalisé pour 2020 selon les concepteurs.

Au-delà de l’annonce faite concernant la nouvelle piste, Hyperloop One a lancé une consultation publique relative à onze lignes proposées pour être déployées sur le sol américain afin de relier 35 états entre eux. Quelques exemples de lignes : Miami — Orlando, Los Angeles — San Diego, ou encore Seattle — Portland. La plus longue ligne proposée est celle allant de Houston à Cheyenne avec ses 1850 km. D’autres zones du globe qui se sont montrées intéressées font également l’objet d’études de faisabilité comme la Russie, la Finlande ou encore l’émirat de Dubaï.

Il s’avère qu’Hyperloop One est la plus importante des start-ups œuvrant pour ce moyen de transport du futur. Par exemple, Hyperloop Transportation Technologies vient de lancer la fabrication d’une capsule de 30 mètres de longueur ayant la capacité de transporter jusqu’à 40 passagers et celle-ci sera assemblée en France. Elon Musk est le premier à avoir parlé d’Hyperloop et sa société Space X vient de sélectionner trois différents projets de capsules élaborées par des universités. Des anciens d’Hyperloop One ont également monté la start-up Arrivo et ont désormais leur propre projet à l’instar de l’entreprise canadienne TransPod.

Sources : Futura SciencesLes Numériques