,

Pourquoi le cerveau humain est-il fait de deux hémisphères ?

Crédits : iStock

Le cerveau humain a évolué pour être découpé en deux moitiés appelées hémisphère droit et hémisphère gauche. De nouvelles recherches suggèrent que cette double conception peut conférer des avantages spéciaux aux humains.

Il est admis depuis longtemps par les scientifiques que les deux moitiés du cerveau humain exercent différentes fonctions. L’hémisphère gauche du cerveau est lui notamment impliqué dans le langage et la parole alors que l’hémisphère droit gère généralement les émotions et la reconnaissance faciale.

Dans la revue Neuron, une équipe menée par Onur Güntürkün, un neurologue de l’Université Ruhr Bochum en Allemagne, publie des travaux pour lesquels ils ont cherché à savoir en quoi cette séparation en deux hémisphères distincts est bénéfique pour l’être humain. L’un des premiers avantages mis en avant est que le fait d’avoir une zone spécifique du cerveau responsable de l’exécution d’une tâche spécifique et complexe peut permettre à une personne de bien accomplir cette tâche.

Aussi, cette spécialisation des zones facilite la capacité du cerveau à accomplir plusieurs tâches en même temps sans perdre de performance selon les chercheurs. En d’autres termes, si une partie du cerveau se charge d’une fonction spécifique comme le langage et la parole, une autre partie reste totalement libre de traiter d’autres fonctions comme la reconnaissance faciale. Ainsi, le cerveau est capable de jongler efficacement entre ces différentes fonctions.

Les chercheurs expliquent aussi que cette division claire entre les parties du cerveau présente de grands avantages pour nos fonctions cognitives. En effet, leurs travaux suggèrent qu’une telle division pourrait être bénéfique pour le développement de compétences cognitives, notamment le QI verbal ou encore nos compétences en terme de lecture.

Jusque dans les années 1970, les scientifiques pensaient que cette asymétrie du cerveau était strictement réservée à l’humain. On parle ici d’asymétrie du cerveau, car bien que les deux hémisphères sont de taille presque identique, ils ne sont pas employés de la même façon et ont des fonctions différentes, il s’agit d’un déséquilibre fonctionnel. C’est dans les années 1970 que des études ont montré que de telles asymétries se trouvaient également chez d’autres animaux comme certaines espèces d’oiseaux, les rats ou encore les poules. Des études plus récentes ont aussi trouvé cette asymétrie cérébrale chez des invertébrés comme les abeilles ou encore les limaces.

« Il n’y a encore qu’une décennie, de nombreux scientifiques pensaient que les asymétries cérébrales étaient uniques aux humains ou au moins particulièrement prononcées chez notre espèce. C’est faux », explique Onur Güntürkün, en charge de cette étude.

Le neurologue estime qu’il faudra en faire beaucoup plus pour comprendre toutes les subtilités de l’asymétrie cérébrale et mieux comprendre comment notre cerveau est organisé.