in

Pourquoi nos heures et nos minutes ont-elles une base de 60 ?

Crédits : iStock

Nous comptons 60 secondes dans une minute, 60 minutes dans une heure. Ce système est tout à fait ancré dans notre civilisation, et ce, depuis l’Antiquité, à quelques exceptions près. Mais pourquoi une base de 60 pour mesurer le temps ? 

Pour retrouver l’origine de la mise en place de la base de 60 pour mesurer nos minutes et nos heures, c’est à l’Antiquité qu’il faut remonter. C’est à environ 3 000 ans av. J.-C que les Babyloniens ont choisi de découper une année comme on la connaît toujours aujourd’hui, à savoir 12 mois de 30 jours.

Le compromis leur était idéal puisque pour mettre au point ce système, ils se sont basés sur les cycles lunaires, sur la période de révolution de notre planète autour de son étoile ainsi que sur leur technique pour compter sur les doigts : sur les phalanges avec le pouce. C’est ainsi qu’ils ont divisé un cercle en 36 : 12 x 30 = 360.

Là où nous nous facilitons la tâche en comptant par dizaines, les Babyloniens avaient, semble-t-il, des facilités et des préférences pour compter en soixantaines. Si tel était le cas, c’est très probablement parce que le nombre 60 possède de nombreux diviseurs : 2, 3, 4, 5, 6, 10, 12, 15, 20 et 30, ce qui n’est pas le cas du nombre 10.

La journée à 24 heures est également à mettre au crédit de nos ancêtres qui comme pour l’année découpée en 12 mois, ont découpé la journée en 12 heures et la nuit en 12 heures, pour un total de 24 heures.

Fait étonnant, au cours de l’histoire française, il n’en a pas toujours été ainsi puisqu’après la Révolution française, les députés de la Première République ont souhaité mettre en place une nouvelle vision du temps qui passe d’après FuturaSciences. Les semaines étaient alors passées à dix jours au lieu de sept et s’appelaient des décades. L’article 11 du décret de novembre 1793 disait alors : « Le jour, de minuit à minuit, est divisé en dix parties ou heures, chaque partie en dix autres, ainsi de suite jusqu’à la plus petite portion commensurable de la durée. La centième partie de l’heure est appelée minute décimale ; la centième partie de la minute est appelée seconde décimale ».