,

Suprise ! L’océan d’Encelade serait plus proche de la surface que ce qu’on pensait

Crédits : Wikimedia Commons

L’épaisseur de la croûte de glace au pôle Sud d’Encelade serait beaucoup plus fine que ce que l’on pensait. Des données récoltées récemment par Cassini suggèrent qu’au Pôle Sud, l’océan ne serait qu’à 2 km sous sa croûte de glace.

Encelade, ce petit satellite de Saturne de 500 km de diamètre, est l’un des endroits les plus fascinants du système solaire. La sonde Cassini y a découvert en 2005 des jets de vapeur d’eau salée sortant de grandes fractures de sa croûte de glace au Pôle Sud et nous savons aujourd’hui qu’un océan gigantesque se cache sous la surface. Une étude récente publiée dans la revue Nature Astronomy suggère que la couche de glace qui nous le cache serait bien moins épaisse que prévu : 18 à 22 km en moyenne et même jusqu’à 1,5 km à son pôle Sud strié de failles d’où émergent les geysers.

Les données nous parviennent d’un survol rapproché d’Encelade effectué le 6 novembre 2011 par la sonde Cassini. « La zone mesurée par l’instrument RADAR couvre un ruban de 500 km de longueur pour une largeur de 25 km, à environ 40 km au nord des grandes fractures visibles au Pôle Sud d’Encelade libérant de l’eau », peut-on lire sur ça-se-passe-là-haut. « Les observations indiquent notamment que les quelques mètres sous la surface observée ont une température plus élevée que ce qui était attendu : entre 32 K et 60 K, soit jusqu’à 20 kelvins plus chaud qu’attendu pour certains points ». Les chercheurs déduisent alors la présence d’une source de chaleur interne à Encelade. Le noyau du petit satellite serait en effet soumis à un intense chauffage de marée malaxé par les forces gravitationnelles de Saturne.

NASA/JPL

La région plus chaude que prévu laisse donc à penser que l’océan pourrait ainsi se trouver à seulement deux kilomètres sous la surface au niveau du Pôle Sud. Si la couche de glace ne fait que quelques kilomètres aux pôles. Et avec une telle épaisseur, il devient alors possible de voir l’interface entre l’océan et la glace avec un radar comme en Antarctique. Malheureusement, aucune mission spatiale embarquant un radar n’est pour l’heure envisagée, Mars attirant pour le moment le plus d’attention, mais l’exploration spatiale n’en est qu’à ses débuts.

Source