,

Pour la première fois, un cas de fluorescence découvert chez une espèce de grenouille

JULIÁN FAIVOVICHA ET CARLOS TABOADA

Dans une étude, une équipe de chercheurs sud-américains relate sa découverte : le premier cas de fluorescence observé chez l’une des 7 600 espèces d’amphibiens connues à ce jour, une capacité de luminosité « incroyable » dans l’obscurité.

Déjà observé chez de nombreuses espèces terrestres ou aquatiques, le phénomène de la fluorescence a été observé pour la toute première fois chez une espèce d’amphibiens. Il s’agit de l’Hypsiboas punctatus, une grenouille arboricole sud-américaine et c’est une découverte que l’on doit à une équipe de chercheurs du même continent.

Cette espèce de grenouille se compose de spécimens qui peuvent être verts, jaunes ou rouges et les scientifiques ont découvert leur illumination en bleu vert lorsqu’elles se trouvent dans l’obscurité. Cependant, il s’agit là de fluorescence et non pas de bioluminescence. Cela signifie qu’elles ne s’illuminent pas dans le noir complet puisque la fluorescence implique une absorption préalable d’une source de luminosité.

Dans leur étude publiée dans la revue PNAS, les chercheurs expliquent ce phénomène par la présence chez cette espèce de molécules fluorescentes encore jamais observées jusqu’alors. Appelées hyloin-L1, hyloin-L2 et hyloin-G1, ces molécules se manifestent dans le tissu lymphatique, la peau et les sécrétions glandulaires de ces amphibiens. Elles offrent à ces grenouilles une incroyable capacité de luminosité dans l’obscurité, à savoir une émission fluorescente équivalente à environ 18 % de celle émise par une pleine Lune.

Désormais, il va s’agir pour eux de tester les éventuelles capacités de fluorescence de 250 espèces de grenouilles arboricoles proches phylogénétiquement de Hypsiboas punctatus, ainsi que de tenter de découvrir si ces dernières présentent des photorécepteurs sensibles à la fluorescence. Si tel était le cas, ce phénomène de fluorescence découvert récemment pourrait signifier qu’il s’agit d’un moyen de communication entre les spécimens par exemple pour attirer un partenaire sexuel dans le cadre de la reproduction.