in

Une nouvelle théorie tente d’expliquer pourquoi nos ancêtres ont quitté le milieu aquatique

Une équipe de chercheurs américains publie une étude qui fournit une nouvelle théorie au cœur de l’évolution, suggérant que c’est une vision améliorée qui a poussé nos ancêtres aquatiques à sortir de l’eau avant l’apparition des membres.

Une équipe conjointe de l’Université Northwestern et de Claremont McKenna, Scripps et Pitzer Colleges publie une étude qui remet en cause une théorie en lien avec l’évolution. Elle propose une nouvelle hypothèse sur ce qui a poussé nos ancêtres aquatiques à sortir de l’eau pour rejoindre la terre ferme.

Selon eux, c’est une amélioration des capacités visuelles qui entre d’abord en compte pour expliquer ce tournant dans l’évolution, avant l’apparition des membres. L’augmentation de la taille des yeux et des capacités améliorées auraient permis à ces animaux semblables à des crocodiles de repérer des proies sur la terre. Ensuite, leurs membres ont évolué pour pouvoir les atteindre.

Le neuroscientifique et ingénieur Malcolm A. MacIver ainsi que le biologiste et paléontologue Lars Schmitz ont étudié des archives de fossiles d’animaux préhistoriques, 59 spécimens de fossiles couvrant la période précédant la transition de l’eau à la terre, au cours de la transition et après la transition. Ils ont mesuré les orbites et la tête des fossiles et ont ainsi découvert que la taille des yeux a quasiment triplé en taille durant la période précédent la transition.

Avant la transition de l’eau à la terre, la taille moyenne de l’orbite moyenne était de 13 millimètres et autour de la période de transition, elle était de 36 millimètres. Cette période a coïncidé avec le changement de l’emplacement des yeux du côté de la tête vers le haut. « Le triplement de la taille de l’orbite a pris 12 millions d’années. C’est le calendrier de l’évolution, qui est ahurissant, lorsqu’on y pense », déclare Malcolm A. MacIver dans une publication de l’Université Northwestern.

Ils ont ensuite développé des simulations informatiques des environnements visuels des animaux, tels que l’eau claire ou trouble qui montrent que le bénéfice de l’augmentation de la taille des yeux n’existe que lorsque l’animal regarde hors de l’eau et non dans l’eau. En effet, avec des yeux au-dessus de la ligne d’eau, l’animal pourrait voir 70 fois plus loin dans l’air que dans l’eau et le triplement de la taille de l’œil a élargi l’espace visuel de l’animal d’un million de fois.

« Nous avons constaté une augmentation considérable de la capacité visuelle chez les vertébrés juste avant la transition de l’eau à la terre. Notre hypothèse est que la capacité de voir une corne d’abondance inexplorée d’alimentation sur terre, des diplopodes, des mille-pattes, des araignées, etc., aurait conduit l’évolution à développer des membres au lieu des nageoires », explique M. Maclver.