, ,

L’environnement le plus froid de l’Univers bientôt sur l’ISS

Crédits : iStock

Dans quelques semaines, la NASA installera un instrument capable de créer l’environnement le plus froid de l’univers sur la Station spatiale internationale (ISS). Il s’agira de conditions inégalées avec des températures 100 millions plus froides que les profondeurs de l’espace qui permettront de sonder le comportement de la matière.

Les chercheurs présents dans l’ISS devront bientôt faire avec le Cold Atom Lab (ou « laboratoire des atomes refroidis ») conçu par le Jet Propulsion Laboratory de Pasadena (Californie, États-Unis) pour réaliser des expériences à très basses températures. Une physique quantique (l’étude de l’infiniment petit) étrange et nouvelle pourrait alors se révéler avec des atomes refroidis au milliardième de degré au-dessus du zéro absolu, soit une température environ 100 millions de fois plus froide que les celles enregistrées dans l’espace profond. L’environnement de microgravité unique de l’ISS permettra aux chercheurs d’observer des phénomènes quantiques encore jamais vus et impossibles à détecter sur Terre.

Crédits : Nasa

« L’étude de ces atomes hyperfroids pourrait remodeler notre compréhension de la matière et la nature fondamentale de la gravité », explique Robert Thompson, l’un des chercheurs du Jet Propulsion Laboratory de la NASA en charge de la mission. « Les expériences que nous allons faire avec l’Atom Lab Cold vont nous donner un nouvel aperçu de la gravité et de l’énergie noire, quelques-unes des forces les plus répandues dans l’Univers ». Rappelons que selon les modèles cosmologiques contemporains, l’univers se compose à 27 % de matière sombre et à 68 % d’énergie sombre : la part de la matière « ordinaire » que la science est à même de trouver et d’étudier ne représente que 5 %.

Dans le cas où vous auriez du mal à considérer ce à quoi pourrait ressembler « l’endroit le plus froid de l’Univers », imaginez le Cold Atom Lab comme une sorte de grosse boîte de la taille d’une poitrine équipée de lasers, d’une chambre à vide et d’un « couteau » électromagnétique permettant de ralentir les particules à un état quasi immobile. L’instrument est encore en phase finale de construction, de sorte que la grosse boîte devrait être accrochée à une fusée SpaceX et lancée en août.

Source